Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 07 - À la poursuite du vent (Ecclésiaste 6)

Copyright © 2007, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Qu’aimez-vous le plus dans la vie ? Qu’est-ce qui, pour vous, fait qu’elle vaut la peine d’être vécue ? Aimez-vous votre prospérité ? À nouveau, le roi Salomon soulève à quel point la vie peut être triste. Mais notre but cette semaine est de considérer les propos de Salomon et de découvrir ce que nous pouvons en apprendre pour améliorer notre vie et notre vision de la vie. Ouvrons la Bible et découvrons !

I.          Jouir de ses biens

1.       Lisez Ecclésiaste 6:1-2. Salomon dit qu’il existe un malheur qui provoque la déprime chez beaucoup de personnes. Quel est-il ? (Dieu donne à une personne de la richesse, des biens et de la gloire, mais il ne peut pas en jouir.)

a.         Le texte dit qu’un "étranger" en jouit. Comment un inconnu peut-il jouir de votre richesse, de vos biens et de votre gloire ? (Cette personne ne doit pas avoir d’enfants. Peut-être qu’une autre personne prend possession de l’entreprise et bénéficie de sa réputation et de son profit.)

b.         Si cette personne ne manque de rien de ce que désire son cœur, comment peut-elle ne pas jouir de ses bénédictions ? (À cause de la mort, de la maladie, de la démence.)

c.         Êtes-vous d’accord avec Salomon lorsqu’il dit qu’il s’agit d’un malheur ?

i.         En est-ce un qui vous déprime ?

ii.        Si tel est le cas, quelle est la réponse qui doit compenser cette vérité déprimante ? (La vie éternelle.)

2.       Lisez Ecclésiaste 6:3. Quelle signification y a-t-il dans le récit de cet homme qui n’a pas de sépulture ? (Il a cent enfants, mais ils ne l’aiment pas assez ou ne s’en soucient pas assez pour s’assurer qu’il soit correctement enterré.)

a.         À qui la faute ? Au père ou aux enfants ? (Il y a quelque chose qui ne doit pas très bien aller avec "papa" s’il ne peut pas communiquer d’une façon significative avec au moins un ou deux de ses cent enfants. Comment pourriez-vous engendrer cent mauvais enfants ? Quand Salomon parle de cent enfants, il doit exagérer pour passer un message.)

b.         Salomon utilise l’expression : "rassasié de bonheur". Que veut-il dire par-là ?

i.         Parle-t-il du fait d’être content ?

ii.        Parle-t-il de prendre du temps pour "s’arrêter et humer le parfum des roses" ?

iii.      Parle-t-il de donner de l’attention à ce qui est important dans la vie : c’est à dire vos 100 enfants ?

iv.     Parle-t-il d’une personnalité qui est satisfaite ?

v.       Parle-t-il d’une personne qui comprend le plan de Dieu pour la vie et "saisit" ce qu’elle est ?

3.       Lisez Ecclésiaste 6:4-6. Comment ce texte décrit-il un avorton (un enfant mort suite à une fausse couche ou à un avortement) ? (Cet enfant vient et va dans les ténèbres. Il n’a jamais l’occasion de trouver un sens à sa vie. La référence au nom qui est recouvert par les ténèbres est une référence à la pratique juive de ne pas nommer les bébés avortés, supposant que cela permet aux parents de surmonter leur chagrin plus facilement.)

a.         En quoi cet homme malheureux et un avorton se ressemblent-ils ?

b.         Salomon nous raconte que tous les deux ont la même destination. Êtes-vous d’accord ?

c.         Salomon dit même que l’avorton est plus heureux (Ecclésiaste 6:3). Êtes-vous d’accord ? (Salomon dit que ne pas avoir de sens à sa vie, ou un sens négatif, est pire que de ne jamais avoir vécu. Ne jamais vivre vous donne du "repos". J’aimerais demander à Salomon : "De combien de repos as-tu besoin ? Celui qui est né a beaucoup d’occasions de vivre une vie pleine de sens.)

II.        Les avantages dans la vie

1.       Lisez Ecclésiaste 6:7. Est-ce vrai pour vous ? (Dans certaines régions du monde le but principal du travail est d’avoir à manger. Pourtant, seul un petit pourcentage de mon salaire est dépensé pour acheter de la nourriture, et c’est le cas dans beaucoup de régions du monde.)

2.       Ajoutez votre cerveau dans la déclaration de Salomon : "Tout le travail de l’être humain est pour sa bouche et son cerveau". Cette déclaration modifiée est-elle vraie pour vous ? (Tout le travail est pour l’assouvissement personnel, et votre assouvissement personnel n’est jamais satisfait.)

a.         Si tout le travail sert à satisfaire vos désirs insatiables - et qui ne sont donc jamais satisfaits, qu’est-ce qui ne tourne pas rond ? Cela fait de vous un citoyen productif, n’est-ce pas ? (Vous n’atteignez jamais un point où vous vous dites : "ça fait du bien d’avoir atteint mon but.)

3.       Lisez Ecclésiaste 6:8. Pour quelle raison devriez-vous bien vous tenir devant des personnes cultivées ? (Vous ne voulez pas être gêné en ayant l’air de manquer de quelque chose : classe sociale, éducation ou culture. Même si vous manquez de certaines de ces choses, vous ne voulez pas que ce soit évident aux yeux des autres, parce que cela leur donnerait l’occasion de vous mépriser.)

a.         Maintenant répondez à la question de Salomon : que gagnez-vous en vous conduisant socialement correctement ? (Vous gagnez l’approbation des autres et vous évitez de l’embarras.)

i.         Et alors ? Pourquoi vous souciez-vous de l’approbation de ceux qui vous sont "supérieurs" socialement ou de par leur éducation ? (Je pense que la question centrale de Salomon est que si vous êtes en paix avec vous-même et avec votre "rang" dans la vie, alors vous ne vous efforcerez pas d’impressionner ceux de rang "plus élevé".)

4.       Lisez Ecclésiaste 6:9. Comparez ce que vous voyez avec ce que vous aimeriez voir ? (C’est la version de Salomon du vieux dicton : "mieux vaut tenir que courir". Ce que vous pouvez voir maintenant est mieux que ce que vous aimeriez voir.)

a.         S’agit-il de la réponse de Salomon aux questions d’Ecclésiaste 6:8 ? (Oui. Son message est qu’il faut être content avec ce qu’on a.)

b.         Quelle est la différence entre être paresseux et ne pas avoir de buts, et être content ? (Je suis au point dans ma vie où je joue la "dernière partie". Je pourrais m’arrêter ou caboter maintenant et tout le monde dirait que j’ai eu une vie riche et productive. Le problème est que j’ai toujours des espoirs, des rêves et des buts. Salomon peut penser que c’est un problème, et peut-être que je l’approuverai un jour. Mais maintenant je suis content que mes vues n’ont pas changé depuis mes 25 ans.)

5.       Lisez Ecclésiaste 6:10. Salomon nous raconte que tout a été nommé. A-t-il raison ?

a.         Que veut dire Salomon ? (Que si vous êtes à l’extérieur pour explorer et "nommer" les choses après vous, cela a déjà été fait. Oubliez l’idée que vous vous ferez un nom pour vous-même.)

b.         Pourquoi Salomon écrit-il sur le fait de contester quelqu’un de plus fort que vous ? (À nouveau, il s’agit d’un conseil de ne pas lutter pour de grands buts.)

c.         Je lisais Salomon comme disant : "N’essaye pas de changer les choses. Accepte les choses comme elles sont et fais avec elles". Êtes-vous d’accord ? (Je ne suis pas d’accord. Si je me rebelle contre l’ordre des choses que Dieu a établi, alors j’approuve Salomon. Mais si j’essaye de rendre le monde meilleur, alors l’attitude de Salomon est une réelle perte de sa vie, de son argent, de sa puissance et de son cerveau. Posez-moi à nouveau cette question quand je serai sur le point de mourir.)

III.     La formule de vie

1.       Lisez Ecclésiaste 6:11. Pendant mes années d’exercice du Droit, j’ai remarqué une chose inhabituelle : les tribunaux semblent vouloir entendre de moins en moins les avocats. Dans les tribunaux fédéraux américains, la limite du nombre de pages des dossiers devient de plus en plus courte. Moins de motions sont discutées oralement. Il est possible de plaider un cas jusqu’à sa conclusion sans ne jamais voir le juge ! Les juges ont-ils lu Ecclésiaste 6:11 ? Qu’essaye de dire Salomon ? L’approuvez-vous ? (Être obligé de raccourcir un dossier vous rend plus attentif à son organisation. Écrire quelque chose de succinct demande plus de travail.)

2.       Lisez Ecclésiaste 6:12. Le commentaire Be Satisfied cite le poète britannique Joseph Addison disant : "Les éléments essentiels au bonheur dans la vie sont quelque chose à faire, quelqu’un à aimer et quelque chose à espérer". La réponse à la question de Salomon "qui donc sait ce qui est bon pour l’être humain pendant la vie ?" est-elle simplement : "M. Addison !" ?

a.         Quelle est la réponse à la dernière question : "Qui peut dire à l’être humain ce qui sera après lui sous le soleil ?" ? (Dès lors que nous avons récemment étudié le livre de Daniel, le prophète Daniel est une réponse.)

i.         Ce qui se produira sur la terre après votre mort importe-t-il ? (Si vous laissez derrière vous des personnes que vous aimez, la réponse est que de la même façon que vous vous êtes confié à Dieu dans votre vie, vous pouvez confier à Dieu les vies de ceux que vous aimez et laissez derrière vous.)

3.       Cher ami, la conclusion de Salomon est d’être content avec votre vie. Je suggère une pointe de mécontentement et l’espoir d’un avenir meilleur, ce qui vous fera vous lever le matin avec plus d’excitation et d’entrain. Qu’en dites-vous ?

IV.      La semaine prochaine : Dieu a fait les humains droits : que s’est-il passé ?
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don