Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 08 - L’instruction du jugement (Daniel 7)

Copyright © 2004, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La semaine dernière, l’étude de Daniel 7 nous a enseigné que Daniel eut un grand rêve dans lequel la "carte" de l’histoire du monde lui fut révélée. Ce rêve est très similaire au rêve prophétique de Nabuchodonosor, que nous avons étudié dans Daniel 2. Le rêve de Daniel, cependant, présente quelques curieuses différences, qui donnent plus de détails sur la période temporelle se situant après la chute de la Rome païenne (séculaire). Ces détails incluent la description d’une puissance mondiale dépeinte comme une "petite corne" qui a le pouvoir sur les saints pendant 1’260 ans. Ce règne est suivi d’un aperçu d’une cour céleste qui siège pour traiter une affaire judiciaire. Plongeons dans notre étude sur l’avenir de Daniel et le nôtre !
 
I.          Précipitation dans le jugement ?
 
1.       Reprenons à la fin d’une histoire que vous connaissez très bien. Adam et Ève ont péché par leur désobéissance à Dieu et leur consommation du fruit de l’arbre interdit. Lisez Genèse 3:8-13. Dieu pose trois questions dans ces versets, lesquelles sont-elles ? ("Où es-tu ?" ; "Qui t’a dit que tu étais nu ?" ; "Pourquoi as-tu fait cela ?")
 
a.         Quel genre de réponses obtient Dieu ? S’agit-il d’aveux de péché ? (Aucune de ces réponses n’est un aveu inconditionnel. Ils imputent la responsabilité à quelque chose ou quelqu’un d’autre.)
 
b.         Dieu connaissait-il les réponses à ces questions avant qu’il ne les pose ? (Il connaissait parfaitement les réponses correctes.)
 
i.         Si Dieu connaissait les réponses correctes, pourquoi le leur a-t-il demandé ? (Remarquez qu’Adam et Ève fuyaient, voulaient se séparer de leur péché. Ils ne voulaient pas porter la responsabilité personnelle de leur péché. Dieu voulait qu’ils fissent face à leur péché.)
 
c.         Les versets suivants de Genèse 3 détaillent le jugement de Dieu pour ce péché. Si Dieu n’avait pas porté son jugement sur ce péché, comment Adam et Ève auraient-ils décrit ces événements durant le reste de leur vie ? (Ils auraient raconté la même histoire évasive : "Quoi, moi ?".)
 
2.       Lisez Matthieu 22:1-3, 8-11. Voici une autre histoire familière. Qu’illustre cette histoire ? (Le royaume des cieux.)
 
a.         Nous trouvons Dieu, dépeint comme un roi, posant une question à un invité aux noces de son fils. Dieu connaissait-il la réponse à la question posée dans Matthieu 22:12 ?
 
i.         Dans l’affirmative, pourquoi Dieu pose-t-il cette question ?
 
b.         Pourquoi l’invité reste-t-il muet ? (Apparemment, il n’a aucune explication valable à donner.)
 
c.         Le verset suivant de Matthieu déclame le jugement de Dieu sur l’homme qui ne portait pas d’habit de noces au mariage.
 
3.       Ces deux histoires nous font part de Dieu entrant en jugement contre des hommes. Que nous enseignent-elles sur l’approche de Dieu au jugement ? (Dieu ne se précipite pas dans le jugement. Bien qu’il soit Dieu et connaisse les réponses, il examine toujours chaque cas et nous laisse essayer d’expliquer ce que nous avons fait.)
 
a.         À qui bénéficie l’investigation précédant le jugement (ou l’instruction du jugement) ? (Dans ces deux histoires les fautifs savaient ce qu’ils avaient fait (ou pas fait). Dieu le savait également. Il semble que les questions de Dieu et les réponses insuffisantes sont au bénéfice du lecteur. Nous "regardons par-dessus l’épaule" de Dieu pour voir comment il agit avec le péché, le jugement et le royaume des cieux.)
 
i.         Que cela nous enseigne-t-il sur Dieu ? (Qu’il est plus que "transparent" dans ses rapports avec les hommes. Il veut que nous sachions que ses jugements sont justes.)
II.        L’instruction du jugement
 
1.       Lisez Matthieu 19:28. Quelle autorité promet Jésus à ses disciples ? (L’autorité pour juger son peuple.)
 
a.         À quel événement participeront les disciples ? (Il semble s’agir du jugement des "douze tribus d’Israël" dans le royaume à venir de Jésus.)
 
2.       Lisez Apocalypse 20:4-6. Combien de résurrections trouvons-nous dans ces versets ? (Deux.)
 
a.         De quelle résurrection voulez-vous faire partie ? (La première ! C’est la résurrection des justes.)
 
b.         Selon vous, qui sont assis sur les trônes mentionnés dans le verset 4 ? (Jésus et ses disciples.)
 
3.       Lisez Apocalypse 20:11-15. Nous avons au moins deux livres mentionnés en relation avec ce jugement : un livre de vie et un(des) livre(s) de mort. Quel livre consigne "leurs œuvres" (verset 12) ? (Psaumes 51:1-3,11 et Apocalypse 3:5 nous donnent cette image que nos péchés sont notés dans un livre. De plus, les noms des sauvés sont aussi écrits dans un livre. Ceux-ci sont logiquement les livres de vie et de mort. La suggestion dans Psaumes 51 et Apocalypse 20 est que les sauvés voient leurs péchés effacés du livre de mort et les perdus voient leur nom effacé du livre de vie (ou jamais inscrit). Ainsi, la scène d’Apocalypse 20:12 doit se rapporter au jugement des perdus.)
 
a.         Si Apocalypse 20:11-15 se rapporte au jugement des perdus, quand a lieu le jugement de ceux dont le nom est écrit dans le livre de vie ?
 
i.         Aurait-il logiquement lieu avant le jugement des perdus ? (Lisez à nouveau Apocalypse 3:4-5. L’expression "je reconnaîtrai son nom [les sauvés dont le nom est dans le livre de vie] devant mon Père et devant les anges" semble témoigner de Jésus intercédant pour les sauvés lors d’un jugement. Cette idée se voit renforcée par le texte d’Hébreux 8, où Jésus intercède dans le ciel en faveur des sauvés, tout comme le grand prêtre intercédait en faveur d’Israël le Jour des Expiations. Voir 1 Timothée 2:5-6.)
4.       Revenons maintenant à Daniel 7 et voyons comment nous pouvons mettre cela en concordance. Lisez Daniel 7:9-14. Nous trouvons le jugement dans le ciel et Jésus entrant en scène avec "la domination, l’honneur et la royauté" (verset 14). En même temps, Babylone, la Perse, la Grèce et Rome (séculaire), ou au moins certains d’entre eux, sont "autorisés à vivre" dépouillés de leur puissance (verset 12). De quel jugement semble-t-il s’agir : le jugement des sauvés ou des perdus ? (Il semble clairement s’agir du premier jugement, le tout premier chronologiquement. L’Italie, la Grèce, l’Iran et l’Irak existent tous aujourd’hui, mais sont difficilement des puissances mondiales.)
 
5.       Lisez Daniel 7:21-22. Quel est le sujet de cette première investigation ? (Les sauvés ! Cela soutient notre conclusion qu’il y a deux jugements et les sauvés sont les sujets du premier jugement. C’est le jugement dont résulte l’inscription du nom des sauvés dans le livre de vie. C’est le jugement au cours duquel Jésus intercède en faveur des sauvés. C’est le jugement dont il est fait mention dans Apocalypse 20:4.)
 
III.     Le premier jugement : quand ?
 
1.       Lisez Daniel 7:24-26. La semaine dernière nous avons conclu que cette "petite corne" représente la Rome papale. Mis à part l’expression "un temps, des temps et la moitié d’un temps" du verset 25, quelles autres indications chronologiques voyez-vous dans ces versets ? (Premièrement, nous voyons que la "petite corne" assujettit trois des dix royaumes issus du déclin de la Rome séculaire. Cela semble être une indication chronologique de départ. L’indication chronologique de fin semble être ce premier jugement qui débute aux derniers jours de la terre. Daniel 7:21-22.)
 
a.         Est-ce que 3½ années littérales pourraient couvrir ce laps de temps ? (Aucune chance. L’histoire nous donne une indication fixe quant au temps de cette "petite corne". Le commentaire A Commentary, Critical and Explanatory, on the Old and New Testaments nous dit que le Code Justinien reconnaissant le Pape Jean II comme le chef de l’Église fut établi en 529 ou 533 ans de notre ère. Luther fixe la date à 606 ans de notre ère parce qu’il s’agit de l’année où Phocas confirma le Code Justinien. Ce même Commentaire fixe la date à 752 ans de notre ère, parce qu’il affirme que c’est à ce moment que la domination temporelle des papes commença. Le Guide d’étude de la Bible (p.59) choisit une autre date dans cette même période, l’an 538 ans de notre ère, comme étant la date de départ appropriée. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que cette période (500-700 ans de notre ère) est correcte. Puisque le monde ne s’est pas terminé peu de temps après, il est difficile d’imaginer que les 3½ années sont littérales. Au lieu de cela, en utilisant le principe prophétique 1 jour = 1 an, que nous avons introduit la semaine dernière, nous arrivons à 1’260 ans (3½ ans = 42 mois = 1’260 jours. Si 1 jour = 1 année, cela nous amène à 1’260 ans).)
2.       Si vous ajoutez 1’260 ans à n’importe laquelle des dates énumérées ci-dessus, dans quelle période chronologique arrivez-vous ? (Cela signifie que le premier jugement de Dieu se déroule maintenant !)
 
3.       Amusons-nous un peu maintenant. Je ne suis pas "fixeur de date" pour la seconde venue de Jésus. Matthieu 24 nous dit que ce n’est pas possible. Supposez avec moi qu’une de ces dates que d’autres ont avancées est la date de départ appropriée des 1’260 ans. Chronologiquement, la première date est l’an 529 de notre ère. Ainsi, cela nous amène jusqu’en l’an 1789 de notre ère. La dernière date (chronologiquement), l’an 752 de notre ère, nous amène à l’an 2012 de notre ère. J’ai trouvé par hasard un site Internet de chronologie (www.abdicate.net) qui calcule que l’an 2024 de notre ère est la 6’000ème année depuis la Création (je ne peux pas me porter garant de l’exactitude de cette date). Le commentaire IVP Bible Background Commentary (sur Apocalypse 20:1-3) nous dit que quelques traditions juives ancestrales divisent l’histoire en sept périodes de mille ans. Cela se basait sur l’application de Psaumes 90:4 (mille ans pour nous sont comme un jour pour Dieu) aux sept jours de la Création. Apocalypse 20:4-6 indique au moins une période de mille ans entre le premier et le deuxième jugement. Ainsi, la tradition juive ancestrale veut que notre monde finisse après 6’000 ans et que le texte d’Apocalypse 20 suggère que les saints passeront le dernier millénaire (le millénaire sabbatique) dans le ciel. Un mélange très grossier de toutes ces informations suggère que nous vivons dans la dernière partie de l’histoire du monde ! J’aime cette pensée !
 
4.       Cher ami, êtes-vous prêt pour le jugement de Jésus ? Tandis que les dates que nous avons avancées sont sujettes à débat, ce qui semble clair du rêve de Daniel est que nous vivons les derniers jours de l’histoire du monde. Si vous n’êtes pas prêt à être jugé, vous avez besoin de vous repentir et d’accepter le sacrifice de Jésus à votre place, qui vous justifie !
 
IV.      La semaine prochaine : La purification du sanctuaire.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don