Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 03 – Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? (Job 2)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La semaine dernière nous étions désolés pour Job qui a perdu ses enfants et ses biens. Rappelez-vous qu’alors que Dieu permettait ces tragédies, Dieu empêchait Satan de s’en prendre à la personne de Job (Job 1.12). Dieu a gagné le premier round. La prédiction de Satan était fausse : alors que Job souffrait de ses pertes, non seulement il n’a pas maudit Dieu, mais il l’a loué (Job 1.21). Êtes-vous quelqu’un qui peut prouver que Satan a tort ? Plongeons-nous dans l’histoire de Job et voyons comment progresse la bataille !
 
I.  La deuxième réunion du personnel
 
1.     Lisez Job 2.1-2. Nous trouvons à nouveau le récit d’une deuxième « réunion du personnel » où Dieu reçoit des rapports de la part des dirigeants des galaxies. Quel serait un rapport correct de la part de Satan ? (Il devrait admettre qu’il a eu tort au sujet de Job.)
 
2.     Lisez Job 2.3. Dieu réalise qu’il y a une omission dans le rapport de Satan, alors il mentionne Job. Que nous dit cela sur Dieu ? (Il s’intéresse à ce qui se passe parmi ses disciples.)
 
a.      Dieu raille-t-il également Satan ?
 
b.      Lisez Proverbes 24.17-18. Comment réconciliez-vous ce texte avec ce que Dieu dit à Satan ? Cela ressemble à de la raillerie et à de la jubilation, n’est-ce pas ? (S’il s’agit véritablement d’une réunion du personnel, alors il ne s’agit pas d’une conversation privée entre Dieu et Satan. Si nous comprenons cela, nous voyons que Dieu promeut son camp dans le conflit entre le bien et le mal.)
 
i.       Considérez quel grand guerrier est Job pour Dieu ! Aimeriez-vous être le guerrier de Dieu ?
 
c.      Que révèle Dieu au sujet de son attitude quand nous souffrons entre les mains du mal ? (Dieu semble mécontent au sujet de ce qui est arrivé à Job.)
 
3.     Lisez Job 2.4-5. Comment expliquez-vous la logique de la défense de Satan ? Je comprends le « Tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie », mais quel est le rapport avec le fait de maudire Dieu ? (Le joyau de Job dans la vie est sa relation avec Dieu. Si Dieu semble abandonner Job, si Dieu punit Job à tort, Satan pense que Job abandonnera son atout le plus important, à savoir sa relation avec Dieu.)
 
4.     Lisez Job 2.6. Où serions-nous si nous n’étions pas pour Dieu ? (Satan aurait tué Job, et il aimerait également vous tuer.)
 
II.  L’attaque sur la personne de Job
 
1.     Lisez Job 2.7-8. Qu’est-ce qui vous rend triste dans cette description ? (Personne n’aide Job avec ses problèmes de santé. Il est en deuil, assis dans les cendres, et se gratte lui-même.)
 
a.      Serait-il raisonnable pour Job d’avoir le sentiment que Dieu le punit ?
 
i.       Lisez Matthieu 27.46. Si vous dites : « Oui, Job devrait penser que Dieu le punit ou l’a abandonné », alors ajoutez-le à tous les autres malheurs de Job. Comment répondriez-vous ?
 
2.     Lisez Job 2.9. Qui est supposée être la personne qui vous encourage et qui vous relève quand vous êtes malade ou découragé(e) ? (Votre conjoint !)
 
a.      Considérons attentivement les paroles de sa femme. Son erreur est-elle de ne pas encourager Job comme il faudrait, ou alors cela va-t-il au-delà de cela ? (Elle dit à Job de mourir. Il y a une sérieuse erreur ici. Soit elle a une mauvaise relation avec Job, soit elle est hostile à Dieu. Peut-être les deux. Peut-être est-elle terriblement fâchée d’avoir perdu son statut d’épouse de l’homme le plus riche de l’Orient.)
 
b.      Pourquoi Satan n’a-t-il pas tué la femme de Job quand il a tué ses enfants ?
 
c.      Étudions la logique de la suggestion de la femme de Job. Elle réprimande Job pour avoir gardé son « intégrité ». En quoi l’intégrité de Job fait-elle partie de la problématique ?
 
i.       J’ai cherché la signification du terme hébreu utilisé ici et j’ai trouvé que « intégrité » signifie « innocence ». Cela vous aide-t-il à comprendre la déclaration de la femme ? (La femme de Job peut vouloir dire que Job ne comprend pas que Dieu le laisse tomber. Il ne comprend pas le monde réel, où les dieux ne sont pas des amis.)
 
3.     Lisez à nouveau Job 2.3 et Job 2.9. Avez-vous noté que nous trouvons le même mot « intégrité » ? En hébreu, les deux termes ont la même racine. Selon vous, que veut dire Dieu quand il dit que Job « demeure ferme dans son intégrité » ? (Dieu n’utilise pas le terme dans le sens de « innocence », mais plutôt comme signifiant justice ou dévotion envers Dieu.)
 
a.      Si la femme de Job utilise ce terme, « intégrité », de la même manière que Dieu l’utilise, que suggère-t-elle ? (Elle lui dit de se détourner de Dieu. Cela nous aide à comprendre son conseil « Maudis Dieu » (Job 2.9). Avec l’une de ces significations, la femme de Job lui recommande d’abandonner son allégeance à Dieu.)
 
i.       Même si Dieu avait abandonné Job, ou s’il n’était pas son ami, comment expliqueriez-vous sa recommandation de maudire Dieu ? (Elle est en colère, malveillante, vindicative.)
 
4.     Lisez Job 2.10. Selon vous, comment réagit Satan à la déclaration de Job ? (Satan a à nouveau tort ! Job reste fidèle à Dieu. Il est un vrai guerrier pour Dieu !)
 
a.      Regardons plus en détails ce que dit Job. Dès lors que nous avons discuté du conseil de la femme de Job, la réponse de Job peut nous aider à mieux comprendre ce qu’elle recommandait. Que dit Job au sujet du conseil de sa femme ? (Il dit qu’il s’agit d’un conseil de « folle », ce que nous pouvons comprendre comme signifiant « illogique ».)
 
b.      La traduction de la Bible en anglais New International Version (NIV) a une note de bas de page qui mentionne que le terme hébreu pour « folle » correspond à une « déficience morale ». Cela décrit-il mieux le conseil de la femme de Job ? (La femme de Job a cédé à l’attaque de Satan. Non seulement elle rejette Dieu, mais elle l’attaque. Cela lui permet peut-être de se sentir bien, mais c’est moralement faux.)
 
c.      Dès lors que nous avons précédemment discuté des parallèles avec la tentation d’Ève (Genèse 3), pensez-vous que Satan aurait fait si bien s’il avait tenté Adam en premier ? (Lisez Genèse 3.12. Adam n’est pas Job.)
 
5.     Penchons-nous sur la logique de la dernière partie de la déclaration de Job dans Job 2.10. Les problèmes de Job viennent-ils de Dieu ? (Dieu n’est certainement pas l’auteur de tout cela. Cependant, Dieu l’a permis. Job 2.3 nous montre que Dieu est n’est pas content du fait que Job souffre.)
 
a.      Que nous enseigne cela au sujet de la souffrance ?
 
b.      J’entends souvent des gens dire qu’ils souffrent parce que « Dieu les met à l’épreuve ». S’agit-il d’une conclusion raisonnable qui se base sur ce que nous avons étudié jusqu’à présent ? (Non. Rappelez-vous que Deutéronome 28 nous dit que nous recevons ce que nous méritons – obéis et soit béni(e), désobéis et souffre durement. Bien entendu, cela correspond à la façon dont Job comprend le monde. L’histoire de Job nous apporte une meilleure compréhension du conflit entre Dieu et Satan et de la façon dont il nous affecte.)
 
c.      Dès lors que nous avons étudié premièrement la fin de l’histoire, nous savons que Dieu dit essentiellement à Job : « Je suis Dieu et toi non, assieds-toi et fais silence ». Pourquoi Dieu ne donne-t-il pas la même réponse à Satan ? « Je suis Dieu et toi non. Je te dis que Job ne me maudira pas, alors tais-toi et ne lui fais aucun mal ! » (Dès lors qu’il s’agit d’une réunion du personnel, les délégués du reste de l’univers prêtent attention à la discussion.)
 
6.     Lisez Job 2.11. Quel est l’objectif convenu des amis de Job ? (Lui apporter leur sympathie et du réconfort.)
 
7.     Lisez Job 2.12-13. Que pensez-vous de cette approche pour apporter de la sympathie et du réconfort à ceux qui souffrent ?
 
a.      Nous n’allons pas entrer dans le détail de la conversation entre Job et ses amis. Cependant, pour avoir une idée du genre de choses que ses amis lui diront par la suite, lisez Job 4.5-9. Cela correspond-il à l’approche initiale des amis ? (Les amis de Job essayeront plus tard d’expliquer pourquoi Job souffre – et ils pensent que c’est de la faute de Job parce qu’ils comprennent la théorie « obéis et sois béni(e), désobéis et souffre durement ». Il était de loin préférable de juste pleurer avec Job et de rester assis en silence à ses côtés.)
 
b.      Que dites-vous lorsque vous essayez de réconforter quelqu’un qui souffre ?
 
8.     Cher(ère) ami(e), quel enseignement concret avons-nous appris pour les moments où nous visitons ceux qui souffrent ? Parfois le simple fait d’être là et d’être compatissant est la meilleure chose à faire. Expliquer les raisons de la souffrance est une tâche dangereuse. La pire des choses est de casser la foi en Dieu. Voulez-vous appliquez les enseignements de Job la prochaine fois que vous essayez de donner du réconfort ?
 
III.    La semaine prochaine : Dieu et la souffrance humaine.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don