Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 11 – Se réformer : accueillir des pensées nouvelles (Romains 12, 1 Corinthiens 10)

Copyright © 2013, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : « Déchets dedans, déchets dehors », c’est ce que disent les gens dans le monde informatique. Cette déclaration est-elle également correcte en ce qui concerne notre esprit ? Le monde du divertissement définit ce qui est acceptable pour notre esprit en se basant sur notre âge. L’idée étant que l’âge fait une différence ; des esprits plus âgés sont moins susceptibles d’être mal influencés. Est-ce vrai ? Franchement, je pense que l’adage « déchets dedans, déchets dehors » s’applique à tout âge parce que les gens de tous les âges sont influencés par les personnes de leur entourage. Posez-vous la question : utilisez-vous des expressions que vos ami(e)s utilisent ? J’ai un vieil ami qui définit un petit détail par le terme « featurette ». À cause de lui, ma femme et moi parlons de « featurette » de temps en temps. Débutons notre étude de la Bible et découvrons ce que la Bible enseigne sur notre esprit !
 
I.       L’adoration au temple
 
1.     Lisez Romains 12.1-2. Vous rappelez-vous qu’il y a quelques semaines nous avons appris que notre corps est le temple dans lequel vit l’Esprit saint (1 Corinthiens 3.16) ? Que dit Romains 12 au sujet de notre corps ? (Il est un sacrifice vivant.)
 
a.      Quand je pense à un « sacrifice » je pense à quelque chose qui est brûlé ou qui est offert. Selon vous, de quel genre de sacrifice du corps est-il question ici ? (Si je laisse quelqu’un vivre dans ma maison, je dirais que j’ai sacrifié ma maison. L’idée est que nous offrons notre corps à Dieu.)
 
b.      Notez que ceci s’appelle un « acte spirituel d’adoration ». En quoi est-ce de l’adoration ? (Quand nous adorons, nous donnons gloire à Dieu. L’idée est qu’en consacrant notre corps à Dieu nous lui donnons gloire.)
 
c.       Quelle partie spécifique du corps est mentionnée ? (L’intelligence.)
 
i.       Pourquoi cette partie est-elle mentionnée et pas les autres ? (Il s’agit de l’idée du temple que nous avons discutée dans notre pénultième étude. Connaître Dieu signifie avoir son Esprit saint qui vit dans notre intelligence.)
 
d.      Quel est le but de donner notre intelligence à Dieu ? (La transformation. Le fait de donner l’autorité à Dieu sur notre intelligence la renouvelle, de telle sorte que notre manière de penser comme le monde peut être transformée.)
 
i.       Y a-t-il un âge limite à cela ? (Aucun n’est défini !)
 
e.      Que génère la transformation de notre intelligence dans notre être ? (Nous pouvons juger avec précision de la volonté de Dieu pour nous.)
 
i.       Que cela suggère-t-il sur le fait de ne pas avoir l’Esprit saint qui renouvelle notre intelligence ? (Nous ne pouvons pas connaître la volonté de Dieu.)
 
2.     Testons cette idée selon laquelle l’Esprit saint change notre intelligence, et nous aide ainsi à connaître la volonté de Dieu. En parlant du péché, êtes-vous parfois incertain(e) ? Avez-vous ce débat interne pour savoir si quelque chose est un péché, seulement une mauvaise idée, ou encore quelque chose qui importe peu ?)
 
a.      Avez-vous déjà été dans une rencontre d’église, ou étudié la Bible, ou d’une façon ou d’une autre été impliqué(e) dans quelque chose dans laquelle l’Esprit saint est vraisemblablement présent avec puissance, et vous avez soudainement une ferme conviction en ce qui concerne votre débat interne relatif au péché ?
 
i.       Cette ferme conviction s’efface-t-elle quand vous vous retrouvez à nouveau en présence de la tentation ?
 
b.      Ces questions reflètent ce qui m’arrive. Si vous vivez la même expérience, je pense que nous commençons à voir à quel point il est important d’offrir notre intelligence (notre temple) à Dieu, afin que nous puissions avoir cette transformation pour mieux comprendre sa volonté.)
 
II.     L’offrande
 
1.     Cela nous laisse encore avec la question de savoir comment cette offrande en sacrifice de notre intelligence fonctionne de façon concrète. Au moins, il semble que nous avons régulièrement besoin d’inviter l’Esprit saint à diriger nos pensées, afin de pouvoir juger correctement ce qui concerne le péché. Que cela peut-il signifier d’autre ?
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 10.1. Que signifie le fait que les gens aient été « sous la nuée » et qu’ils soient « passés au travers de la mer » ? (Ils ont tous suivi la direction divine pour savoir où aller, et ils ont tous bénéficié de la protection divine. Ils faisaient partie d’un « groupe de Dieu ».)
 
3.     Lisez 1 Corinthiens 10.2. Que signifie recevoir le « baptême de Moïse » ? (Je pense que cela signifie être dévoué à Moïse. Moïse les avait guidés au travers de la mer (Exode 14). Il a parlé avec Dieu dans la nuée (Exode 34.29). Il était le lien entre le peuple et Dieu.)
 
4.     Lisez 1 Corinthiens 10.3-4. En quoi leur nourriture et leur breuvage étaient-ils « spirituels » ? (Ils étaient donnés par Dieu. La manne apparaissait de façon surnaturelle (Exode 16), tout comme a jailli l’eau du rocher (Exode 17).)
 
5.     Lisez 1 Corinthiens 10.5. Que veut dire Paul en disant « Pourtant » ? (Ces expériences avec Dieu et son peuple ne les ont pas amenés à être davantage en harmonie avec Dieu. Ils n’étaient pas les « offrandes » de l’intelligence.)
 
a.      Comment appliqueriez-vous ces versets dans votre vie ? (Le fait d’avancer avec le peuple de Dieu, d’avoir un leader consacré, de boire et manger de bonnes choses, ne constituent pas la formule pour plaire à Dieu. Tout cela n’est pas une offrande.)
 
6.     Lisez 1 Corinthiens 10.6. Quelle est la formule pour plaire à Dieu ? (Fixer notre cœur/notre intelligence sur Dieu et ne pas les fixer sur des mauvaises choses.)
 
a.      Quand Paul réfère à cela comme étant des « exemples », que veut-il dire ? (L’enseignement est pour nous !)
 
b.      En réfléchissant à ce que nous venons de lire, qu’est-ce qui est important et qu’est-ce qui ne l’est pas en ce qui concerne notre offrande d’un « sacrifice vivant » ? (Vous pouvez vous couvrir avec des choses extérieures – l’église, vos actions, votre régime alimentaire –, mais ce n’est pas ce qui importe le plus à Dieu. Ce qui est important pour Dieu est la focalisation sur notre cœur et notre intelligence.)
 
7.     Creusons un peu ici, parce que nous voulons être sûrs de comprendre cela correctement. Lisez 1 Corinthiens 10.7. Quel est le premier mal sur lequel ces gens mettent leur cœur ? (Ne pas faire confiance à Dieu. Ils créent un veau d’or et lui attribuent la puissance de Dieu (Exode 32).)
 
a.      Nous avons noté précédemment que « suivre la direction de Dieu » n’était pas l’une des choses importantes. Comment distinguer ceci de cela ? (Le peuple suivait la direction générale de la nuée, par opposition à compter sur Dieu. S’ils pensaient réellement que le grand Dieu du ciel leur montrait le chemin, pourquoi avoir adoré un objet fait par leur propre main ?)
 
8.     Lisez 1 Corinthiens 10.8. En quoi l’inconduite sexuelle s’accorde-t-elle avec la liste des « sacrifices » ? (Elle ne semble pas s’y accorder. Jusqu’ici nous semblions faire la distinction entre nos œuvres et notre foi.)
 
a.      Explorons l’histoire sous-jacente. Lisez Nombres 25.1-3. Qu’est-ce qui est au cœur de ce péché ? (L’idolâtrie était le cœur du problème.)
 
b.      Cependant, nous ne pouvons ignorer que Paul a spécifiquement mentionné les péchés d’ordre sexuel. Ce type de péché constitue-t-il une catégorie spéciale ? (Lisez 1 Corinthiens 6.18-20. Paul nous dit que ces péchés d’ordre sexuel font partie d’une catégorie spéciale parce qu’ils constituent une attaque contre le corps, qui est le temple de l’Esprit saint.)
 
9.     Établissons une ligne plus fine. Lisez Marc 7.20-23. Comment Jésus explique-t-il la distinction entre les œuvres et la foi, dès lors qu’il s’agit d’offrir notre cœur/notre intelligence comme un sacrifice à Dieu ? (Paul et Jésus ont le même point central. Suivre la nuée, avoir Moïse pour leader, boire et manger correctement sont toutes des choses extérieures. Nos actions extérieures importent pour une raison très importante : elles reflètent ce qui se passe dans notre esprit.)
 
10. Lisez 1 Corinthiens 10.9-10. La référence aux « serpents » est à Nombres 21 où le peuple « parlait contre Dieu ». Le problème ici est la rouspétance et les plaintes contre Dieu. Cette attitude est-elle cohérente avec le sacrifice de notre intelligence à Dieu ? (Oui et non. Non parce que Paul nous met en garde contre cette attitude. Mais se plaindre contre Dieu signifie toujours mettre Dieu sur le trône comme Celui qui dirige et qui peut changer les choses. Je pense que Dieu considère les plaintes contre lui comme étant supérieures à l’idolâtrie – où nous ignorons Dieu. Si vous doutez de cela, pensez à l’histoire de Job.)
 
III.  Un conseil pratique
 
1.     Sautons quelques versets et lisons1 Corinthiens 10.18-20. Quel est le problème ici ? (La communion avec les démons.)
 
a.      Il n’y a pas de sacrifices aux démons dans mon voisinage. Ce conseil est-il toujours pertinent ?
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 10.21. Pouvons-nous avoir un pied dans le camp de Dieu et un autre dans le camp du mal ? (Non.)
 
a.      Que signifierait « boire à la coupe des démons » aujourd’hui ? (Satan offre à notre esprit beaucoup de choses pour que nous soyons en communion avec lui. Un aspect important de l’offrande de notre intelligence à Dieu est d’éviter de boire à la coupe de Satan. Je pense que nous buvons à la coupe de Satan quand nous intégrons dans notre esprit son approche de la vie – sans égard à notre âge.) SSance à Dieu?il signifier d'onle camp de Dieu et un autre dans le camp du mal?e de notre intelligence à Dieu?il signifier d'on
 
3.     Cher(ère) ami(e), offrez-vous votre intelligence à Jésus ? Ou alors, buvez-vous les distractions et la philosophie de Satan ? La bataille est sur l’intelligence. Demandez-vous si vous passez davantage de temps à boire à la fontaine de l’Esprit saint ou à celle du péché ? Pourquoi ne pas vous engager aujourd’hui à focaliser votre intelligence sur ce que désire l’Esprit saint ?
 
IV.    La semaine prochaine : Se réformer : guérir les relations brisées.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don