Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 04 – La clé de l’unité (Éphésiens 4, Romains 14)

Copyright © 2018, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Un manque d’unité peut être douloureux ! Lors d’un week-end d’église ce week-end, un ami m’a lancé un ballon de football américain. J’ai dû courir pour l’attraper et juste au moment où je mettais mes mains dessus, mon pied s’est pris dans quelque chose sur le sol. Au lieu de tomber en avant, j’ai recroquevillé mon épaule, j’ai touché le sol, j’ai roulé et me suis relevé, tout en gardant le ballon. C’était pas mal pour un vieux comme moi. Mais il y a eu un problème d’unité. Mon pied m’a laissé tomber, et mon épaule gauche a pris le genre de choc que l’on ne prend généralement pas en faisant de la dactylographie ! Cette nuit-là a été douloureuse ! J’en subis encore les conséquences. Examinons ce que la Bible nous enseigne au sujet de l’unité dans le corps du Christ !
 
I.  Gentil, humble, aimant
 
1.     Lisez Éphésiens 4.1. Qui est le prisonnier ? (Paul ! Dans notre dernière série d’études du livre des Actes, nous avons appris que Paul était périodiquement enfermé à Rome. Le livre des Actes se termine avec Paul étant emprisonné.)
 
2.     Lisez Éphésiens 4.2. En quoi le fait d’être un prisonnier vous aide-t-il à vous rendre humble et patient ?
 
a.      Que dit Paul pour rendre ses lecteurs humbles, doux et patients ? (« Supportez-vous les uns les autres, dans l’amour ». Paul nous dit que cela est cohérant avec le fait de vivre « d’une manière digne de l’appel que vous avez reçu ».)
 
b.      Explorons cela. Comment l’amour vous rend-il humble, gentil(le) et patient(e) ?
 
c.      Quand j’étais enfant, mes parents se plaignaient que je traitais mieux mes amis et les étrangers que les membres de ma propre famille. Comme je connaissais la famille, je n’avais pas à me comporter de la meilleure façon possible. Ainsi, j’étais moins humble, doux et patient avec ceux que j’aimais ! Est-ce aussi vrai pour vous ? (Si c’est le cas, alors peut-être que cela prouve que l’amour de mes parents a toléré un comportement pire de ma part.)
 
d.      J’ai l’impression que quand vous aimez quelqu’un, vous montrez le meilleur de vous-même. (Vous voulez garder votre relation, ainsi vous êtes davantage patient(e), gentil(le) et humble que vous ne l’êtes avec des gens qui vous sont parfaitement étrangers.)
 
3.     Lisez Éphésiens 4.3. Qu’est-ce que « l’unité de l’Esprit » ? (Il s’agit de l’Esprit saint. Il s’agit de l’unité qui vient du fait d’avoir l’Esprit saint qui habite en nous.)
 
4.     Lisez Éphésiens 4.4-6. Pourquoi l’unité est-elle le résultat de la présence de l’Esprit saint en nous ? (Paul souligne plusieurs choses différentes qui nous unissent dans l’Esprit saint. Ces « choses » n’ont qu’un seul objectif. Mais plus encore, nous sommes unis par un Dieu qui est « au-dessus de tous, par tous et en tous ».)
 
a.      Posons quelques questions difficiles. S’agit-il des points sur lesquels l’Esprit saint apporte l’unité – le baptême, la Trinité et le christianisme ? Si oui, pouvons-nous être en désaccord sur d’autres questions ? (Si vous repensez à notre récente étude du livre des Actes, vous vous rappellerez la réunion d’Actes 15 où l’Église s’est réunie pour résoudre la question de la circoncision des non-Juifs. C’était une énorme controverse dans l’église primitive.)
 
i.       La circoncision est-elle mentionnée dans ces versets comme un point sur lequel Dieu apporte l’unité ? (Non. Cela m’amène à conclure que l’Esprit saint doit apporter l’unité sur des autres points que ceux spécifiquement mentionnés.)
 
5.     Sautons quelques versets et lisons Éphésiens 4.11-13. Pouvons-nous voir certains aspects de l’Église pour lesquels nous ne devons pas nous attendre à l’unité ? (Nous ne sommes pas tous unifiés dans nos classifications professionnelles. Nous travaillons ensemble, mais il n’est pas « donné » à tous, par exemple, d’être un pasteur.)
 
a.      Comment expliquer ce genre d’unité ? (Nous avons différentes tâches et responsabilités dans l’église, mais nous travaillons ensemble. Paul explique dans 1 Corinthiens 12 que c’est semblable à l’unité du corps humain.)
 
b.      Quel domaine spécifique d’unité est mentionné ? (« L’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu ».)
 
i.       Cela signifie-t-il que nous pouvons ne pas être d’accord dans certains domaines, comme par exemple sur qui devrait être un pasteur ?
 
c.      Revenons à une phrase très intéressante dans Éphésiens 4.13. Nous devons devenir « adultes ». Si vous ajouter la maturité à l’humilité, à la patience, à l’amour et à la douceur, les disputes persisteront-elles ? (Cela rend les différends bien moins probables. Je pense que le sens du terme grec est « complet ». Ainsi, « adulte » n’est pas qu’une attitude, il s’agit d’une progression dans la compréhension de la volonté de Dieu.)
 
d.      Aujourd’hui dans mon Église il y a une résistance à une décision sur qui pourrait être ordonné pasteur. Je suis loin d’être certain que tout ce qui est écrit sur le sujet reflète l’humilité ou la maturité. Selon vous, comment l’humilité peut aider à résoudre ce problème ? Cela veut-il dire qu’un membre de l’église doit toujours se soumettre à l’autorité dûment constituée de l’Église ? Est-ce ce que l’humilité exige ?
 
II.  La diversité et l’unité
 
1.     Lisez Romains 14.1-4. En quoi l’humilité et l’amour jouent-ils un rôle dans les « sujets discutables » ? (Nous ne devons pas mépriser ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord. Nous sommes tous serviteurs de Dieu, et Dieu seul peut juger ses serviteurs.)
 
2.     Lisez Romains 14.13-18. Comment l’unité est-elle préservée dans les situations où nous avons un différend clair sur les mérites de certains aliments ? (Chaque personne doit se faire sa propre opinion.)
 
3.     Lisez Romains 14.22-23. Comment Paul suggère-t-il de maintenir l’unité ? (En gardant nos opinions pour nous !)
 
a.      Comment faire cela ? Quels traits de caractère sont requis ? (Certainement l’humilité ! Une personne orgueilleuse exprime ce qu’elle croit avec assurance. L’amour est plutôt un frein à l’expression de ses opinions. L’Esprit saint changera nos cœurs.)
 
b.      Paul nous demande-t-il d’avouer nos opinions ? (Non. Il ne nous dit pas d’être d’accord à ce qui pourrait être le plus petit dénominateur commun. Au lieu de cela, il dit de garder votre opinion pour vous-même.)
 
4.     Cette idée selon laquelle nous pouvons tous avoir des points de vue différents, mais que nous avons l’unité parce que nous gardons notre bouche close, est-elle une part importante de la réponse à l’unité de l’église ? (Lisez à nouveau Romains 14.1. Cela doit être une question « discutable ». Je ne pense pas que cela signifie qu’à chaque fois qu’un différend éclate nous devons nous taire. Au lieu de cela, je pense qu’il fait référence à une question sur laquelle la Bible n’est pas claire.)
 
III.  La famille d’église
 
1.     Lisez Éphésiens 5.21. Comment cela fonctionne-t-il ? Avez-vous déjà eu l’expérience de vous « soumettre » à une autre personne à une intersection, ou quand deux personnes dans un hall veulent être polies et laisser passer l’autre d’abord de telle sorte que personne n’avance ? Ma femme et moi faisons cela tout le temps quand il s’agit de manger au restaurant. Chacun se remet à la préférence de l’autre. (Il ne peut pas y avoir une soumission mutuelle littérale, sinon nous aurions faim ou nous n’avancerions jamais à une intersection. Paul doit parler d’une attitude.)
 
2.     Lisez Éphésiens 5.22-24. Cela clarifie-t-il Éphésiens 5.21 ? Cela signifie-t-il que les maris et les femmes se soumettent l’un à l’autre, mais que pour être sûrs de manger quelque chose, c’est à moi de faire le choix final ?
 
3.     Lisez Éphésiens 5.25-27. Nous avons besoin d’une discussion sur la définition que Paul donne de la soumission. Si les maris doivent être comme Jésus l’était envers nous, cela signifie que les maris doivent préférer leur femme à leur propre vie. C’est une définition très inhabituelle de la soumission. Je dirais que Jésus s’est soumis à nous, et non l’inverse. Qu’en dites-vous ?
 
4.     Lisez Éphésiens 5.28. Un des enseignements les plus importants de la Bible sur le mariage se trouve ici : « Celui qui aime sa femme s’aime lui-même ». Pouvons-nous traduire cela par une solution aux conflits au sein de l’église ? « Celui qui aime l’autorité de l’église s’aime lui-même » ? Ou alors « Celui qui aime l’unité de l’église s’aime lui-même » ? L’idée est que cette soumission apporte des bénédictions. Cela vous semble-t-il correct ?
 
5.     Lisez Éphésiens 5.29-33. Vous semble-t-il étrange qu’un mari doive « aimer » sa femme, tandis qu’une femme doit « respecter » son mari ? (Ma fille parle de cela – elle veut un mari qu’elle puisse respecter. Si vous aimez votre mari, mais que vous pensez qu’il est idiot, il est alors peu probable que votre mariage se passe bien. En effet, vous devriez éviter d’épouser une personne que vous ne respectez pas (mari ou femme), à cause de la soumission mutuelle que Paul promeut.)
 
a.      Notez que le verset 32 appelle cela un « grand mystère ». Que cela suggère-t-il relativement à notre compréhension de la soumission au sein du mariage et de l’église ? (Cela signifie que le sujet est compliqué.)
 
6.     Cher(ère) ami(e), si l’unité de l’église est compliquée, voulez-vous demander à l’Esprit saint de vous donner les dons d’humilité, d’amour et de patience, afin que vous compreniez comment nous devons nous soumettre pour parvenir à l’unité ?
 
IV.    La semaine prochaine : L’expérience d’unité dans l’église primitive.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don