Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 01 - Jésus et les lettres de Jean (1 Jean 1, Jean 1)

Copyright © 2009, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà reçu un message téléphonique qui semblait important, mais que la personne oublie de vous laisser son nom ou son numéro de téléphone ? Qu’en est-il de ceux qui vous appellent et qui ne se présentent pas ? Qu’en est-il des messages fax reçus sur le fax principal et qui ne vous sont pas adressés ? Ces choses m’agacent parce qu’elles rendent plus difficile la réception et la compréhension du message global. Notre étude de la première épître de Jean présente un problème similaire : elle ne mentionne pas clairement qui l’a écrite. Débutons notre étude de la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre au sujet de ce mystérieux messager et de son(?) message !
 
I.         Les détectives bibliques
 
1.      Lisez 1 Jean 1:1. Quels indices trouvons-nous au sujet de l’auteur de ce livre ? (La "parole de la vie" doit signifier Jésus, donc il doit s’agir d’un témoin oculaire de Jésus. Quelqu’un de suffisamment proche pour prétendre avoir écouté Jésus et l’avoir même touché. Cela réduit considérablement la liste des auteurs potentiels.)
 
a.        Y a-t-il plus qu’un auteur ? Pourquoi l’auteur utilise-t-il la forme plurielle "nous" ? Pourquoi est-il écrit : "nous avons entendu", "nous avons vu de nos yeux", "nous avons contemplé" ? (L’auteur doit penser que les gens l’identifieraient comme faisant partie d’un groupe.)

b.        Y a-t-il un indice dans le fait que l’auteur ne dise pas qui il est ? (Les gens qui m’appellent et qui ne disent pas leur nom sont des gens qui pensent que je les reconnais à leur voix. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que je ne peux pas distinguer les voix au téléphone. Cet auteur, ce "nous", croit que ceux pour qui est écrit ce livre le connaissent. Il s’agit d’un indice qu’il s’agit d’un des disciples de Jésus, un apôtre. Être un apôtre signifie être un membre d’un groupe clairement connu.)

2.      Lisez Jean 1:1-2. Maintenant relisez 1 Jean 1:1. Quel indice trouvons-nous ici au sujet de l’auteur ? (Les deux livres ont un "début" similaire et utilisent des "mots" similaires. Il s’agit d’un indice qui indique que l’apôtre Jean était l’auteur des deux livres.)
 
3.      Lisez 2 Jean 1:1 et 3 Jean 1:1. Quel indice trouvons-nous ici dans le terme "ancien" ? (L’auteur est "l’ancien". C’est assez énigmatique, mais nous faisons des progrès dans notre travail de détective.)
 
a.        Que vous suggère le terme "ancien" ? Il S’agit d’une évidence additionnelle que l’auteur est un responsable respecté de la communauté chrétienne, qui croit qu’il n’a besoin que de peu de présentation.)

4.      Barnes Notes, dans son introduction aux épîtres de Jean, nous dit que les responsables chrétiens proéminents, dès le IIe siècle, référaient à l’apôtre Jean comme étant l’auteur de ces trois épîtres. Nous n’avons pas besoin d’approfondir davantage, parce qu’il y a peu de doute que l’apôtre Jean ne soit pas l’auteur de ces épîtres.

II.       Jésus et Jean
 
1.      Relisez 1 Jean 1:1. S’il est juste que Jésus est la "parole de la vie", que dit Jean au sujet de Jésus ? (Que Jésus était là dès le tout début.)
 
a.        Le début de quoi ? Du ministère de Jésus sur la terre ? (Lisez Jean 1:1-4. Jean veut dire que Jésus était présent dès le commencement de l’univers et que Jésus possède "l’existence".)

2.      Tant dans 1 Jean 1:1 que dans Jean 1:1 Jésus est appelé la "Parole". Avez-vous une idée du pourquoi ? (Lisez Genèse 1:1-3. Le texte de Genèse nous dit que Dieu a amené l’univers à l’existence par la parole. Appeler Jésus "la Parole" ou "parole de vie" le crédite de la puissance de créer l’univers simplement en parlant.)

a.        Pensez à cela une minute. Jean dit aussi dans 1 Jean 1:1 qu’il a entendu, vu et touché Jésus. Semble-t-il raisonnable que Jean proclame que Jésus a créé l’univers par la parole si Jésus est quelqu’un qui peut être touché par les humains ? (Tout au début, Jean fait la plus extraordinaire proclamation en faveur de Jésus : il est notre Créateur.)
 
b.        Jean pense-t-il que le récit de la Genèse est une sorte de "mythe de la création" donné aux humains primitifs pour leur dire que Dieu supervise de façon générale le processus d’évolution ? (Jean proclame que l’univers a été créé par un commandement verbal - et que ce Commandant était Jésus.)
 
i.        Jean doit penser que ce sujet est important s’il débute tant son évangile que sa première épître par cela. Pourquoi ce problème (création contre évolution) est-il important ? (Il s’agit d’un élément capital de la puissance de Dieu et de la revendication de Dieu de son autorité sur l’humanité. Soit nous servons un Dieu qui a la puissance de faire exister l’univers par sa parole, et qui nous a créés par sa parole, soit nous servons un Dieu qui est plus semblable à nous - limités dans nos capacités.)
 
ii.       Si l’évolution est une théorie des origines correctes, quelle raison y a-t-il de croire qu’un Dieu existe ? (Il s’agit d’une de ces réponses aux "grandes théories" que soit vous comprenez, soit vous ne comprenez pas. Si l’univers était arrivé par hasard, alors il n’y aurait aucun besoin de croire en un Dieu. Cependant, si l’univers avait été créé, alors vous sauriez qu’un Dieu (une sorte de divinité) existe. Naves répertorie 104 textes bibliques (sous "Créateur"), de la Genèse à l’Apocalypse, où Dieu soutient d’une façon directe ou indirecte son autorité sur les humains du fait de sa Création. Jean comprend cela très clairement, alors que de nos jours beaucoup qui se disent chrétiens ne le comprennent pas.)

3.      Lisez 1 Jean 1:1-2. Jean nous dit que la "parole de vie" "s’est manifestée" et a été vue, entendue et touchée par Jean et par d’autres. Pour quelle autre raison Jean pourrait-il référer à Jésus comme étant la "parole de vie" ? (La parole est un outil pour communiquer. Jean nous dit que Jésus nous donne un message du ciel.)
 
a.        Quel rôle Jean joue-t-il dans l’œuvre de la parole ? (De la même façon que Jésus communique la signification et la compréhension au sujet de Dieu le Père, de la même manière Jean nous répète ses messages importants.)
 
III.    Jean, le témoin fidèle de Jésus

1.      Supposons que vous ayez vu un OVNI ("objet volant non identifié") la nuit passée. Supposons également que vous et moi ne nous connaissons pas l’un l’autre. Vous aimeriez me faire croire à votre histoire et je suis plutôt sceptique. Que diriez-vous pour que j’y croie ? (Dès lors que nous ne nous connaissons pas, vous ne pouvez pas faire appel à ma confiance en vous. Ainsi, vous devez faire appel à ce qui rend un témoignage digne de confiance.)

a.        Arrêtons-nous une minute sur la loi. Il y a quelques règles qui aident celui qui recherche des faits à se focaliser sur des évidences fiables. Ces lois évitent au chercheur tout fait de toute évidence peu fiable ou incompétent. Une règle d’évidence très connue est la "règle de l’ouï-dire".
 
b.        Qu’exclut la règle de l’ouï-dire ? (Le témoignage de gens qui ne sont pas dans la salle d’audience. Si vous êtes celui qui a vu ou entendu l’évidence, vous devez être dans la salle d’audience pour pouvoir en parler. Je ne peux pas témoigner en disant : "Mon oncle Bob a vu que la lumière était rouge." Si Bob l’a vue, il doit être celui qui va le déclarer dans la salle d’audience. Cela demande de la connaissance de premier niveau - de cette façon Bob peut être interrogée par les deux parties.)
 
2.      En considérant 1 Jean 1:1-2, semble-t-il que l’apôtre Jean connaisse la règle de l’ouï-dire ? (Oui ! Il dit qu’il est un témoin oculaire, il n’y a donc pas d’ouï-dire ici.)

a.        Mais si Jean est si connu et respecté par ses lecteurs, pourquoi a-t-il besoin de faire attention à la règle de l’ouï-dire dans sa lettre ? (Il s’attend à ce que la lettre passe de l’un à l’autre.)

3.      À côté de votre connaissance personnelle, sur quels autres choses pensez-vous qu’un juge se base lors d’une interrogation pour montrer que quelqu’un est ou n’est pas un témoin fiable ? (La capacité à observer, à voir correctement. Cela va des problèmes de distance, aux problèmes de luminosité, aux conditions de votre champ visuel, aux conditions météorologiques, à vos préjugés, etc.)
 
a.        Que dit Jean pour soutenir son témoignage (notre volonté à le croire) au-delà d’avoir sa connaissance de première main ? (Qu’il a entendu et qu’il a touché.)
 
b.        Remarquez que Jean dit qu’il l’a vu deux fois. "Nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé". Que signifie cela ? (Le terme grec signifie plus que simplement regarder, il signifie contempler. Une sorte de regard long et sérieux. Pas un simple regard, vraiment regarder.)

i.        Pourquoi Jean dit-il cela ? (Les témoins oculaires peuvent avoir tort. Ainsi, Jean parle d’un regard long et appuyé sur les références de Jésus. Jean a passé du temps avec Jésus. Sa conclusion n’est pas une affaire courante.)

4.      Revenons en arrière une minute. Jean proclame que Jésus est le Créateur de l’univers. Comment Jean peut-il proclamer être un témoin premier rang à ce sujet ? (Évidemment, Jean ne peut pas l’être. Je pense qu’il fait une argumentation logique. Jean ne pense pas que ses lecteurs douteront du fait que Jésus était un personnage historique. Au lieu de cela, le problème concerne la nature de la vie de Jésus sur la terre et si Jésus est vivant maintenant. La question est de savoir si Jésus est ressuscité. Jean dit : "J’ai senti le miracle de Jésus de chaque façon possible, et je suis un premier témoin de la résurrection de Jésus. Je crois que Jésus est Dieu et je crois qu’il est le Créateur de l’univers".)
 
5.      Cher ami, qu’en est-il de vous ? Acceptez-vous que Jésus est Dieu et qu’il est le Créateur de l’univers ? Il s’agit de la première étape vers le salut et (comme nous le verrons la semaine prochaine) le chemin vers la joie !
 
IV.     La semaine prochaine : Faire l’expérience de la Parole de la vie.
Révélation et inspiration (tome 1)

Révélation et inspiration (tome 1)

Comprendre le processus de l’inspiration des auteurs bibliques et chercher l’équilibre entre la part divine et la part humaine des Ecritures s’avère essentiel si l’Eglise souhaite fonder sur la Bible l’ensemble de ses croyances.
L'interprétation de la Bible (tome 2)

L'interprétation de la Bible (tome 2)

Ce volume sur l’interprétation de la Bible prône une approche « historico-biblique » qui analyse un passage biblique à la lumière d’autres textes des Écritures.
Passion pour la Bible

Passion pour la Bible

Dans cet ouvrage très complet, l’auteur nous stimule à donner plus de place à la Bible dans notre vie personnelle et à la prendre autant comme nourriture quotidienne que comme fondement. Une grande place est donnée à la manière de la transmettre à nos enfants, dans nos familles ou à l’église.
Introduction à l'herméneutique et à la méthode d'étude biblique

Introduction à l'herméneutique et à la méthode d'étude biblique

Ce livre explore les quatre piliers fondamentaux qui supportent la théologie biblique.
L'Écriture vive

L'Écriture vive

La diversité actuelle des approches de la Bible crée parfois une forme de désarroi chez les lecteurs. Que penser des différentes méthodes exégétiques et quels sont leurs postulats ?
Creuser l'Écriture

Creuser l'Écriture

Une boîte à outils précieuse pour découvrir le sens et la sagesse de tout passage de l’Écriture. Ces conseils nous aident à développer des convictions solides sur l’enseignement de la Parole de Dieu.
Comment interpréter la Bible

Comment interpréter la Bible

Nature et nécessité de l’interprétation. Les conditions d’une bonne interprétation. Règles générales et particulières. Règles relatives aux différents genres littéraires (textes narratifs, poétiques, les Psaumes, la loi, les prophètes, paraboles, etc.).
 

faire un don