Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 09 – Espérances contrefaites (Job 13)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Un thème que nous trouvons constamment dans ces études est que nous devons faire confiance à Dieu quoi qu’il arrive. La question est : « Faire confiance à Dieu pour faire quoi ? » Notre supposition est que nous faisons confiance à Dieu et qu’il améliorera les choses. Si nous souffrons nous avons du mal à faire confiance à Dieu pour que les choses stagnent ou s’empirent, n’est-ce pas ? Une raison pour laquelle nous faisons confiance à Dieu est que les problèmes ne concernent pas notre personne, mais ils concernent le conflit d’une portée bien plus grande entre le bien et le mal. Mais, même si nous pouvons être intellectuellement d’accord que « cela ne concerne pas notre propre personne », notre confiance est que Dieu gagne ce grand conflit, afin qu’à un moment donné dans l’avenir notre souffrance laisse la place à la joie. Nous appelons cela « espérance ». Débutons notre étude et apprenons-en davantage sur notre espérance !
 
I.  Le point de vue de Job sur ses amis
 
1.     Lisez Job 13.1-2. Que pense Job sur l’attitude de ses trois amis ? (Ils pensent être plus intelligents ou en savoir plus que Job.)
 
a.      Que pense Job au sujet de leur intelligence relative ? (Ils sont tous intelligents, Job inclus.)
 
b.      Lisez Job 12.3. Dans les chapitres 12 et 13 Job fait la même déclaration selon laquelle il est aussi intelligent que ses amis. Que cela indique-t-il quant à l’attitude de Job ? (Il pense être réellement attaqué sur ce point. Dans quelle mesure appréciez-vous que quelqu’un dise dans un conflit : « Je gagne parce que je suis plus intelligent que toi » ?)
 
c.      Il ne fait aucun doute qu’il s’agisse d’un débat universel sur le gouvernement. Ceux qui pensent que le gouvernement doit être petit veulent être laissés tranquilles pour prendre leurs propres décisions. Ceux qui pensent que le gouvernement doit être grand pensent qu’ils peuvent aider le gouvernement à prendre de meilleures décisions pour les autres. Est-ce que certains pensent que d’autres personnes prennent les meilleures décisions pour eux ? (Je doute que quiconque pense qu’il devrait donner à quelqu’un d’autre son pouvoir de décision. Job dit : « Je suis suffisamment intelligent pour prendre mes propres décisions ».)
 
2.     Lisez Job 13.3-4. C’est un vieux thème. Job croit qu’il a été traité de manière injuste et veut pouvoir défendre son cas devant Dieu. Les amis de Job pensent que Job est de manière évidente pécheur, et que c’est là la raison de sa souffrance. Ils pensent que le refus de Job d’admettre sa culpabilité, ainsi que son insistance sur le fait que Dieu le traite injustement, montrent un manque de respect pour Dieu. Job appelle les points de vue de ses trois amis « mensonges ». Selon vous, les amis de Job mentent-ils ? (Au point où ils affirment que Job mérite sa souffrance, ils parlent de choses qui ne sont pas vraies. Cependant, je crois que les amis de Job pensent que ce qu’ils disent est non seulement vrai, mais important à dire.)
 
a.      Que pensent les amis de Job sur son honnêteté ? (Ils pensent que Job ment au sujet de sa culpabilité.)
 
b.      Y a-t-il un quelconque espoir de résoudre ce débat quand les deux parties pensent que l’autre partie dit des mensonges ?
 
i.       Sont-ils, comme le dit Job, des « médecins de néant » ? (Si le but est de régler la situation, alors ils sont inutiles à cette tâche.)
 
3.     Lisez Job 13.5. Est-ce vrai ? (Oui. Gardez cela à l’esprit quand vous essayez de réconforter quelqu’un.)
 
II.  L’argumentation de Job
 
1.     Lisez Job 13.6-9. Job a juste dit que ses amis ne sont pas plus intelligents. Dans quel autre domaine ses amis ne sont-ils pas meilleurs que Job ? (Dans Job 13.9 Job dit que leur comportement n’est pas meilleur que le sien. Il ne pense pas qu’ils puissent survivre à un examen attentif de la part de Dieu. Il pense qu’ils font une meilleure démonstration publique de leur obéissance qu’ils ne l’ont réellement en privé.)
 
a.      Est-ce vrai pour tout le monde ?
 
b.      Selon vous, cela soutient-il l’argumentation de Job selon laquelle il ne mérite pas sa situation ? (Cela semble être une admission que Job n’est pas aussi bon qu’il semble l’être.)
 
c.      Notez que dans Job 13.7 Job dit que ses amis parlent « injustement » et disent « ce qui est faux » au nom de Dieu. En quoi cela est-il vrai ? (Si les amis de Job ont effectivement des péchés secrets et qu’ils vont bien, cela montre qu’ils ne croient pas réellement que Dieu punit le pécheur.)
 
2.     Lisez à nouveau Job 13.8. Que signifie le fait que les amis de Job sont « partiaux » envers Dieu ? Favorisent-ils Dieu au détriment de Job ?
 
a.      Réfléchissez à cette accusation. Job et Dieu sont-ils des adversaires ? Est-ce là le bon état d’esprit à avoir pour Job ?
 
b.      Êtes-vous partial(e) envers Dieu ? (Beaucoup sont rebelles contre Dieu.)
 
c.      L’appel de Job à la partialité de la part de Dieu est-il une accusation fondée ?
 
d.      Devrions-nous considérer si nous montrons suffisamment d’amour aux autres, ou si nous sommes « partiaux » envers Dieu ? (Dieu nous aime. Être « partial » envers Dieu signifie que nous devons aussi témoigner d’amour envers ceux qui nous entourent. Job crée une fausse dichotomie en clamant que le fait d’être biaisé à la faveur de Dieu montre de l’hostilité envers lui.)
 
3.     Sautons quelques versets et lisons Job 13.13-15 (version à la Colombe). Pourquoi Dieu tuerait-il Job ? (Job croit qu’il s’oppose à Dieu en demandant que Dieu explique la justice de ce qui arrive à Job. Job croit aussi que Dieu est la puissance de l’univers. Il est normalement dangereux de mettre le roi au défi. Ainsi, Job croit qu’il peut être en danger.)
 
a.      Que veut dire Job quand il dit qu’il « s’attendrait » à Dieu, même si Dieu le tuait ?
 
i.       En quoi cette « espérance » est-elle liée à Job qui dit qu’il défendra sa conduite « devant [Dieu] » ? (Job ne recule pas dans sa revendication qu’il ne mérite pas de souffrir. Il pense qu’il a raison, et que Dieu a tort en le laissant souffrir. Quoi qu’il en soit, l’espérance de Job dans la justice de Dieu persiste même si Dieu le tue pour son impertinence.)
 
4.     Lisez Job 13.16. Pourquoi Job pense-t-il que Dieu ne le tuera pas pour son impertinence ? (Le fait que Job en appelle à Dieu pour la justice montre qu’il est loyal envers Dieu.)
 
a.      Êtes-vous d’accord avec le point de vue de Job ? (Oui, il n’est pas déloyal de voir Dieu comme la solution à un problème que vous voulez porter devant Dieu.)
 
5.     Lisez Job 13.17-19. Attendez une minute ! Job parle de sa mort dans un autre contexte. Job ne parle pas de Dieu qui le tue pour son impertinence. Quelle serait la cause de la mort ici ? (Job a peur que sa maladie actuelle ne finisse avec la mort. En fait, il espère que la mort viendra rapidement s’il n’est pas justifié. Dès lors que les amis de Job soutiennent qu’il souffre à cause de certains secrets cachés, la mort de Job serait le résultat de cela et non de l’impertinence envers Dieu.)
 
a.      Job montre-t-il de l’espérance ici ? (Oui. Il dit : « Je sais que c’est moi qui ai raison ».)
 
6.     Lisez Job 13.20-22. Job demande deux choses à Dieu. Quelles sont-elles ? (Il demande que Dieu mette un terme à sa souffrance, puis que Dieu lui accorde l’audience qu’il demande.)
 
a.      Les deux requêtes de Job sont-elles justifiées ? (Si vous êtes d’accord qu’une personne est innocente jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée, alors Job ne devrait pas souffrir pour son péché avant d’avoir été entendu par Dieu – et déclaré coupable.)
 
i.       Qu’y a-t-il de faux dans notre conclusion ? (Elle suppose que Job souffre à cause de son péché – ce que nous savons être faux.)
 
7.     Lisez Job 13.23-25. Quel enseignement pouvons-nous tirer de la continuelle croyance erronée de Job qu’il souffre à cause de ses péchés ? (Nous n’en savons pas suffisamment pour défendre notre cas devant Dieu. Nous ne comprenons pas l’image globale. Job ne comprend pas qu’il souffre parce que c’est un homme juste, et non l’inverse.)
 
8.     Lisez Jean 16.33. Jésus vient de dire à ses disciples qu’il part et que d’autres personnes vont vouloir les tuer. Quelle accumulation de mauvaises nouvelles ! Comment Jésus peut-il dire : « Je vous ai parlé ainsi pour que vous ayez la paix en moi » ? Le fait de savoir que de terribles choses sont sur le point d’arriver n’est pas la meilleure manière d’avoir la paix ! (Jésus continue : « Mais courage ! Moi, j’ai vaincu le monde. » C’est là que Job est dans l’erreur. Job pense qu’il doit convaincre Dieu qu’il ne mérite pas de souffrir. Il ne sait pas que Dieu est d’accord, Dieu ne veut pas que Job souffre. Si Job fait simplement confiance à Dieu, Dieu remettra les choses en ordre.)
 
9.     Cher(ère) ami(e), je vous le demande à nouveau, voulez-vous vous engager à faire confiance à Dieu ? La confiance en Dieu vous donnera de l’espérance !
 
III.    La semaine prochaine : La colère d’Élihou.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don