Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 06 – Priorité à la promesse (Galates 3.15-20)

Copyright © 2017, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Dans Genèse 15.6 il est écrit : « [Abraham] mit sa foi dans le Seigneur ; il le lui compta comme justice ». Paul nous dit que c’est là le modèle que Dieu a en tête pour nous. Nous avons besoin de croire Dieu et de lui faire confiance. Si nous le faisons, c’est suffisant pour que nous ayons une bonne relation avec lui. C’est là notre ticket pour le ciel. Mais est-ce correct ? Qu’en est-il du fait que Dieu a donné les Dix Commandements à son peuple par l’intermédiaire de Moïse ? Qu’en est-il du fait que Jésus a rendu l’obéissance plus difficile en disant qu’un regard « de façon à désirer » était déjà un adultère « dans son cœur », et que le simple fait de se mettre en colère contre quelqu’un vous rend sujet au jugement, tout comme un meurtre vous rend sujet au jugement (Matthieu 5) ? La norme est devenue plus rigoureuse ! Dans notre étude de cette semaine, Paul discute de l’impact de la loi. Ouvrons la Bible et apprenons-en davantage !
 
I.  La promesse
 
1.     Lisez Galates 3.15. Selon vous, qu’est-ce qu’un « testament » humain ? (Un testament est un contrat, un accord entre deux personnes (ou plus).)
 
a.      Pensez à la dernière fois que vous avez signé un contrat. Avez-vous promis de faire quelque chose ? L’autre partie a-t-elle promis de faire quelque chose ? (Les avocats appellent ces promesses des « considérations ». Chaque partie du contrat fait la promesse de faire quelque chose.)
 
2.     Lisez à nouveau Galates 3.15. Qu’est-ce qui, selon Paul, ne peut pas être fait à un contrat signé ? (Vous devez respecter ses termes. Vous ne pouvez pas demander plus, et vous ne pouvez pas faire moins que ce que vous avez promis.)
 
a.      Cela correspond-il à votre expérience ? (Paul parle de ce qui peut être appliqué. Il parle de l’idéal. Si vous promettez quelque chose dans un contrat, vous devez tenir votre promesse. Si vous êtes d’accord sur le fait que l’autre personne doit faire quelque chose de spécifique, vous ne devez pas attendre d’elle qu’elle fasse davantage.)
 
3.     Lisez Galates 3.16-17. Comment intégreriez-vous les Dix Commandements dans la discussion que nous venons d’avoir au sujet des promesses d’un contrat ? Si le contrat est que Dieu vous considère juste si vous lui faites confiance, quelle serait votre réaction à l’ajout des Dix Commandements ? (Je me plaindrais d’une brèche dans le contrat. Je me plaindrais d’autant plus fort si Dieu m’avait dit que ces règles seraient interprétées de la manière la plus stricte possible ! Je dirais que Dieu me demande de faire bien davantage que ce qui a été conclu dans le contrat originel.)
 
a.      Quel est l’enseignement de Paul ici ? (Dieu ne ferait pas cela. La loi n’a pas été donnée comme faisant partie du contrat d’origine entre Dieu et les humains. Elle a été donnée dans un autre but. Le contrat d’origine reste le même.)
 
II.  La descendance
 
1.     Lisez à nouveau Galates 3.16 et focalisez-vous sur la discussion au sujet de la « descendance » et des « descendances ». Paul dit-il que ce contrat n’était pas entre Dieu et Abraham (et ses descendants), mais plutôt entre Dieu, Abraham et Jésus ?
 
a.      Comment Dieu peut-il faire un contrat avec lui-même ? Dieu le Père a-t-il fait un contrat avec Dieu le Fils ?
 
b.      Y a-t-il le moindre doute que la « descendance » est Jésus ? (Paul dit spécifiquement que la descendance est Jésus.)
 
2.     Lisez à nouveau le début de Galates 3.17. Paul anticipe-t-il le fait que nous puissions ne pas comprendre cela ? (Il dit : « Voici ce que je veux dire… ». Je ne comprends pas ce supposé contrat avec Jésus, donc nous devons continuer notre lecture pour voir si Paul clarifie cela plus loin.)
 
3.     Lisez Galates 3.18. Paul introduit maintenant un autre terme légal : « héritage ». Quel est le rapport entre un héritage et notre discussion ? (Une personne peut hériter des droits contractuels. Supposons que votre père ait accepté de louer un terrain à quelqu’un pendant dix ans pour 10'000.- Euros par année. Si votre père meurt et que vous héritez le terrain, vous héritez du contrat établi – ce qui signifie que vous devez continuer à tenir la promesse et à tirer bénéfice de la promesse faite par l’autre personne. Je pense que Paul nous dit que nous héritons de l’intérêt d’Abraham dans le contrat fait entre Dieu et Abraham.)
 
4.     Lisez Galates 3.19. Comment cela clarifie-t-il la confusion préalable au sujet de la descendance ? (Au lieu de dire que la « descendance » est un bénéficiaire du contrat, cela dit que la « descendance » est le sujet du contrat. Cela a parfaitement du sens à mes yeux !)
 
III.  La loi
 
1.     Lisons cette partie de Galates 3.19 qui parle du « but » de la loi. Qu’est-il mentionné comme objectif de la loi ? (Elle a été ajoutée « à cause des transgressions », et a une durée d’application limitée.)
 
a.      Si Jésus a obéi à la loi à notre place, et que nous ne sommes pas sujets à la pénalité de la loi, pourquoi y aurait-il besoin que la loi comble le trou jusqu’au retour de Jésus ? Pourquoi y aurait-il besoin de quelque chose ? (Pensez à l’image globale. Dieu veut-il que nous péchions ? Bien sûr que non. Jésus est venu et a gardé la loi en partie pour montrer qu’Adam aurait pu garder la loi. Garder la loi est une bonne chose. Quand Jésus est venu, non seulement il nous a montré comment vivre (il nous a montré que l’idéal était « davantage que la loi », le simple objectif de garder la loi n’était pas assez élevé), mais il a également envoyé l’Esprit saint pour nous aider à vivre une vie en accord avec la volonté de Dieu. Nous avions besoin d’un guide.)
 
2.     Lisez Galates 3.19-20. J’ai inclus le verset 19 parce que je veux focaliser sur la référence à un « médiateur ». Selon vous, qui est ce médiateur ? Moïse ? (Lisez 1 Timothée 2.5-6 et Hébreux 9.15. Ces versets appellent clairement Jésus notre médiateur – spécialement à cause de sa mort à notre place.)
 
a.      Lisez à nouveau Galates 3.19. Jésus a-t-il promulgué la loi « par l’intermédiaire d’anges » ? En quoi la loi faisait-elle partie de la médiation ? (Lisez Romains 5.10 et 2 Corinthiens 5.17-19. Dieu est saint et nous ne le sommes pas. Le peuple de Dieu, au cours de sa captivité en Égypte, avait apparemment perdu de vue l’objectif de Dieu pour leur vie. Dieu leur a donné la loi afin de les aider à revenir en meilleure conformité avec la volonté de Dieu. Ainsi, je pense que Moïse est le « médiateur » d’origine. Cependant, Jésus est le véritable médiateur lorsqu’il est venu pour vivre et mourir, et ainsi payer la pénalité pour nos péchés.)
 
b.      Quel est l’enseignement de Paul lorsqu’il écrit que « Dieu est un » (Galates 3.20) ? Quelle est la relation avec Jésus qui est le « médiateur » ? (Un médiateur ne représente aucune des parties. Dans la loi américaine actuelle, un médiateur essaye de trouver un accord entre les deux parties opposées. Jésus est pleinement Dieu et pleinement humain. Il est « un » avec Dieu. Ainsi, Jésus nous a, dans son sens le plus extraordinaire, rassemblés avec Dieu.)
 
3.     Lisez à nouveau la première phrase de Galates 3.19 et lisez ensuite la première phrase de Galates 3.21. Nous étudierons Galates 3.21 la semaine prochaine, mais j’aimerais que vous réfléchissiez maintenant aux deux questions posées dans ces deux versets. Les deux questions demandent-elles la même chose ? (Oui. Si nous pouvons comprendre l’objectif de la loi, alors nous pouvons dire si elle s’oppose au contrat originel entre Dieu et Abraham.)
 
a.      En considérant l’objectif général de Dieu pour nous, la loi est-elle en conflit avec le contrat ?
 
b.      Que Dieu veut-il qu’Abraham fasse ? (Il veut qu’il ait confiance en lui !)
 
c.      Pourquoi Dieu veut-il que les humains lui fassent confiance ? (Ils vivraient ainsi en harmonie avec Dieu. Nous serions convaincus que les voies de Dieu et la volonté de Dieu sont ce qu’il y a de meilleur pour notre vie.)
 
d.      Que fait la loi pour nous ? (Lisez Romains 7.7. La loi révèle la volonté de Dieu pour nous. Voulez-vous savoir comment vivre une vie en harmonie avec la volonté de Dieu ? Lisez les Dix Commandements.)
 
e.      Qu’en est-il des commentaires de Jésus sur la convoitise et la colère, qui sont des problèmes au même niveau que l’adultère et le meurtre ? Cette instruction nous aide-t-elle à être en communion avec Dieu ? (Lisez Jacques 1.13-15. Les humains ne tombent pas accidentellement dans l’adultère ou le meurtre. L’acte commence par un désir, un complot dans l’esprit, de faire ces choses. Je pense que l’enseignement de Jésus est que si vous ne commettez pas l’adultère ou le meurtre simplement parce que vous n’en avez pas l’opportunité, alors votre vie n’est pas en harmonie avec la volonté de Dieu. Si vous planifiez de commettre l’adultère ou un meurtre, alors votre vie n’est pas en harmonie avec la volonté de Dieu.)
 
4.     Comment devrions-nous alors vivre ? (Si nous acceptons la vie, la mort et la résurrection de Jésus à notre place, nous avons l’assurance que la pénalité pour le péché ne s’applique pas à nous. En même temps, quand nous menons une vie dirigée par l’Esprit saint, nous réalisons que l’ensemble de ce que Jésus a fait était de retrouver l’harmonie entre Dieu et nous. Grâce à l’aide de l’Esprit saint nous choisissons de diriger nos pensées et notre vie d’une façon qui est cohérente avec les commandements révélés de Dieu. Nous le faisons parce que nous avons confiance en Dieu. Nous savons que cela nous apportera une vie meilleure, et nous savons que cela rendra gloire à Dieu !)
 
5.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous accepter ce que Jésus a fait à votre place ? Voulez-vous lui faire confiance dans tout ce que vous faites ?
 
V.    La semaine prochaine : Le chemin de la foi.
 

faire un don