Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 07 - Un comportement qui intrigue (Marc 3, Matthieu 8 et 11)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà eu un "leader spirituel" dont l’approche ne correspondait pas à votre style ? Certaines nouvelles idées dans l’adoration vous rendent-elles mal à l’aise ? Notre étude de cette semaine porte sur certains comportements de Jésus qui étaient assez énigmatiques. Ceux-ci ont mis beaucoup de personnes en colère. Quand nous nous fâchons à cause de certaines actions de nos leaders spirituels, comment pouvons-nous savoir qui fait véritablement la volonté de Dieu ? Comment pouvons-nous savoir quand nous avons besoin de parler et quand nous avons besoin de simplement nous tenir tranquilles ? Ouvrons la Bible et voyons quelles réponses nous y trouvons !
 
I.          Le travail le sabbat

1.       Lisez Marc 3:1-2. Qu’est-ce qui fait penser aux chefs juifs que Jésus pourrait guérir le jour du sabbat ?

2.       Lisez Marc 3:3. Les chefs juifs pensent qu’ils pourraient prendre Jésus en flagrant délit de péché - ou du moins faisant quelque chose que d’autres considéreraient comme un péché. Comment réagit Jésus à cela ? (Il demande à cet homme à la main paralysée d’avancer et de se mettre au milieu, de telle sorte que personne ne puisse manquer ce qu’il va faire !)

a.         Pourquoi Jésus voulait-il mettre en évidence quelque chose que les gens considéraient comme enfreignant le sabbat ?

3.       Lisez Marc 3:4-5. Jésus nous enseigne-t-il quoi que ce soit au sujet de la colère ? Souvenez-vous, Jésus est dans "l’église" !

a.         Dans l’histoire de Jésus et de la taxe du temple (Matthieu 17:24-27), Jésus dit : "pour que nous ne causions pas leur chute", paye la taxe du temple avec l’argent que tu trouveras dans le poisson. Jésus aurait pu guérir l’homme à la main paralysée le lendemain. Pourquoi offenser les chefs juifs ? (Considérez la logique de cette situation. Pour que Jésus se fâche, il a dû penser que les chefs juifs passaient à côté d’un principe évident du Royaume de Dieu. Un principe évident a besoin d’être soulevé publiquement.)

b.         Que nous enseigne Jésus sur l’observation du sabbat ? Quel est le "principe évident" à côté duquel passent les chefs juifs ? (Faire le bien est conséquent avec le fait de garder le sabbat.)

i.         Y a-t-il quoi que ce soit dans ce que dit Jésus qui pourrait vous faire croire qu’il ne croit pas au principe de garder le sabbat ? (Jésus affirme clairement ce qui devrait être la bonne norme pour l’observation du sabbat, et non pas s’il devrait y avoir une norme quelconque.)

c.         Pourquoi Jésus devrait-il être fâché contre ceux qui se trompent du côté "conservateur" ? (En grandissant dans des écoles religieuses, j’ai enduré toutes sortes de règles. Je n’ai jamais pensé que le fait d’avoir toutes ces règles pouvait en soi être un péché. Il me semblait que seul le fait d’enfreindre les règles pouvait être un péché. Ce n’est que ces dernières années que j’ai commencé à comprendre le principe de Deutéronome 4:2 : il est simplement tout aussi mauvais d’ajouter des règles que Dieu n’a pas exigées que d’enseigner que l’on peut ignorer les règles que Dieu a exigées. Dans les deux cas, vous vous mettez dans la position d’usurpation de Dieu.)

4.       Lisez Marc 3:6. Cela nous donne-t-il une vision plus claire de la raison pour laquelle Jésus était fâché ? (Comparez la question que pose Jésus dans Marc 3:4. Les esprits de ces chefs juifs étaient si brouillés par leur propre avis égoïste qu’ils étaient disposés à comploter, même le sabbat, sur la façon dont ils pourraient assassiner un homme qui a "péché" en guérissant quelqu’un. Il guérissait. Ils tuaient. L’ironie pourrait difficilement être plus grande !)

II.        Les cochons qui se jettent dans l’eau

1.       Lisez Matthieu 8:28-29. Nous pourrions consacrer tout notre temps à cette bizarre petite histoire. Selon vous, comment les gens deviennent-ils possédés du démon ? Que suggère cette histoire sur la façon dont une personne démoniaque peut recevoir de l’aide ? (Autant que le révèle cette histoire, les personnes démoniaques étaient incapables de requérir de l’aide. Entrer dans la présence de Dieu est la clé.)

a.         Les humains peuvent ne pas reconnaître Jésus comme Dieu, mais quelles évidences avons-nous que les démons le reconnaissent lui, ainsi que son triomphe final sur le péché ? (Les démons reconnaissent Jésus comme le "Fils de Dieu" et ils reconnaissent leur défaite finale.)

i.         Comment cela peut-il être ? Jésus n’avait pas encore triomphé sur le péché par sa vie, sa mort et sa résurrection. (Apparemment, la "partie adverse" était assez démoralisée par l’apparition de Jésus sur la terre.)

2.       Lisez Matthieu 8:30-32. Notre étude est sensée porter sur le comportement énigmatique de Jésus. J’ai eu une question à propos du comportement énigmatique des démons. Pourquoi agissent-ils de la sorte ?

a.         Pourquoi Jésus permet-il cela ?

b.         Répondons à une question posée précédemment et laissée sans réponse. Qu’apprenons-nous sur la façon dont les gens deviennent démoniaques ? (Les démons ne peuvent même pas aller dans des cochons sans la permission de Dieu. Il semble évident qu’ils ne peuvent pas entrer en nous sans notre décision de les laisser entrer.)

c.         Quel est le but de Satan pour chacun de nous ? (Nous détruire. Voulez-vous une preuve de cela ? Regardez ce qu’il est advenu de ces cochons ! La destruction est la première règle du royaume de Satan.)

i.         Pourquoi les hommes démoniaques n’ont-ils pas été détruits par les démons ? Pourquoi les démons ne les ont-ils pas noyés ? (L’Esprit de Dieu retenait les démons.)

d.         Jésus n’a-t-il pas de respect pour la propriété privée ? Il est certain qu’il connaissait la nature de ces démons ! (En supposant que les propriétaires étaient des Juifs, ils savaient que les cochons étaient impurs et ne devaient pas être mangés (Lévitique 11:7-8). Le commentaire Barnes’ Notes affirme qu’il était interdit aux Juifs, par leurs propres lois, de garder des cochons même dans le but de les vendre.)

i.         Si votre entreprise est bâtie sur des principes injustes, êtes-vous en danger ?

III.     La gloutonnerie

1.       Lisez Matthieu 11:16-17. Jésus a généralement de bonnes choses à dire au sujet des enfants. S’agit-il de propos positifs ou négatifs au sujet de ces enfants ? (Ceux-ci ressemblent plus à de jeunes enfants que j’ai l’habitude de voir. Ils veulent que les autres fassent leur volonté.)

a.         Les "autres" des places publiques auraient-ils dû danser ou se lamenter ?

b.         Un vieux dicton américain dit : "Il marchait au rythme d’un autre batteur." Cela a-t-il un rapport quelconque avec le chant et le jeu de flûte des enfants ?

2.       Lisez Matthieu 11:18-19. Quel est le rapport avec les enfants ? (Les enfants veulent que les "autres" dansent ou se lamentent selon leurs désirs. Jésus dit que lui-même et Jean le Baptiseur ne faisaient pas ce qu’attendaient les autres, et le résultat était qu’ils se faisaient injurier.)

a.         Considérez votre pasteur. Ce texte s’applique-t-il à votre vision sur votre pasteur ?

b.         D’après ce texte, non seulement Jésus mangeait plus de nourriture et buvait plus de vin ("buveur") que Jean le Baptiseur (qui était un Naziréen - et donc ne touchait pas au raisin), mais il traînait avec des gens de mauvaise vie. Cela est-il une preuve en soi que Jésus faisait de mauvaises choses ?

i.         Si tel n’est pas le cas, comment pouvez-vous le savoir ?

ii.        Est-il accordé à votre leader spirituel de tout faire juste ? (La réponse se trouve dans la dernière partie de Matthieu 11:19 : "La sagesse a été justifiée par ses œuvres." Nous ne devrions pas juger en nous basant sur le fait qu’un chef religieux ne fait pas ce que nous ferions. Au lieu de cela, nous avons besoin de regarder les résultats des actions du chef.)

(1)    Cela soutient-il le vieil adage "la fin justifie les moyens" ? (Non. Regardez à nouveau l’illustration. Les "enfants" (les immatures spirituellement) s’attendent à ce que le chef fasse ce qu’ils veulent. Jésus n’avalise pas le péché comme une méthode de promotion du royaume. Pourtant, il dit de ne pas imposer vos préférences personnelles à vos chefs. La louange et l’adoration contemporaines ne sont-elles pas ce que vous préférez ? Si cela amène à faire entendre l’évangile aux foules, alors ne vous plaignez pas. En particulier, ne faites pas de fausses accusations.)

3.       Cher ami, considérez ces histoires. La guérison de la main paralysée un jour de sabbat a rendu furieux les chefs juifs. Les cochons qui se noient ont rendu furieux les indigènes. Les habitudes alimentaires de Jésus ont été l’objet de critiques. Si vous êtes tenté de critiquer vos leaders spirituels, demandez à Dieu d’augmenter votre compréhension spirituelle. Êtes-vous du mauvais côté de la volonté de Dieu ? Agissez-vous comme un enfant - parce que le point en question n’est pas vraiment d’ordre spirituel ? Peut-être avez-vous raison, mais peut-être est-ce seulement votre "cochon" qui s’est noyé ! Voulez-vous demander aujourd’hui à Dieu que l’Esprit saint vous dirige sur les questions de ce genre ?

IV.      La semaine prochaine : Un cheminement d’une grande intensité.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don