Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 09 - Suivre le Maître : être un disciple agissant (Luc 5 et 12, Matthieu 28)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Chaque matin nous débutons une nouvelle journée qui peut promouvoir le Royaume de Dieu. Pensez-vous aux possibilités de "travail de disciple" chaque matin ? Quelles sortes d’opportunités y a-t-il ? Est-il suffisant de garder nos yeux ouverts pour voir ce que nous pouvons faire pour promouvoir l’œuvre de Dieu ? Ou alors, devrions-nous être plus actifs et rechercher des opportunités ? Est-il possible que nous soyons prêts à faire quelque chose, mais qu’il s’agisse de la mauvaise chose ? Débutons notre étude et observons quelques disciples à l’œuvre !
 
I.          Le paralytique et ses amis
 
1.       Lisez Luc 5:17. Si vous étiez à la place de Jésus, seriez-vous nerveux? (Tous ces responsables religieux importants étaient venus observer Jésus.)
 
a.         Pourquoi sont-ils tous présents ? (Quelques commentaires que j’ai lus disent qu’ils étaient présents pour critiquer Jésus et pour le surprendre à faire quelque chose de faux. Un autre commentaire dit qu’ils avaient le droit et l’obligation de s’assurer qu’aucun blasphème ou faux enseignement n’était proféré, donc ils faisaient juste leur travail.)
 
i.         Quel que soit le commentaire correct, quel est l’élément commun, sur lequel ils s’accordent ? (Ces responsables religieux étaient là pour prêter une attention spéciale à ce que disait Jésus. Il ne s’agissait pas d’une visite sociale.)
 
ii.        Qu’en est-il de vous ? Devriez-vous être en alerte face à ceux qui vous veulent du mal parce que vous promulguez l’évangile ? (Oui. Vous devez demander à Dieu de vous donner la sagesse et le bon sens dans votre travail.)
 
b.         Il y a deux semaines, nous avons discuté la question d’avoir l’autorité de faire des miracles. Quand le texte biblique dit : "la puissance du Seigneur était là pour qu’il réalise des guérisons", cela signifie-t-il que Jésus devait recevoir cette "autorité" pour faire des miracles et qu’il n’avait pas tout le temps cette autorité ? (Le commentaire bibliqueWord Pictures in the New Testament affirme que le grec est difficile à traduire. Le texte ne signifie pas que la puissance de Jésus pour guérir était intermittente. Au lieu de cela, il met les termes "Jéhovah" et "dynamite" ensemble. Je pense que "Jésus dynamite" était là en face de tous ces responsables religieux. Jésus était un "paquet" de puissance !)
 
2.       Lisez Marc 2:2. Voyons ce que Marc ajoute à cette histoire. Selon vous, quelle était la première priorité de Jésus : enseigner ou guérir ? (Enseigner. Mon sentiment est que la guérison qu’il apportait résultait des éléments suivants : (1) son cœur ému de compassion pour les gens qui souffrent ; (2) son désir d’attirer les gens à son message ; et (3) la "preuve" de son autorité en tant que Messie, pour les sceptiques comme les responsables religieux. Son enseignement de l’évangile doit avoir été sa première priorité.)
 
a.         Qu’en est-il dans votre travail ? Devriez-vous commencer à prêcher ? Ou alors, le fait d’aider les gens autour de vous est-il une meilleure façon de commencer ? (Imaginez le tort fait à l’évangile si vous êtes quelqu’un de mesquin, cupide, antipathique et que vous décidez de partager l’évangile.)
 
3.       Lisez Luc 5:18-19. Comment apprécieriez-vous le fait d’être interrompu dans votre exposé ? Comment apprécieriez-vous le fait que votre première priorité soit interrompue par des tierces personnes ?
 
a.         Imaginez être occupé à prêcher et soudainement il y a un grand bruit au-dessus de votre tête : quelqu’un détruit le toit. Puis, un homme descend brusquement sur la foule et sur vous. Tout le monde est distrait par cette personne qui se tient par terre entre vous et votre audience. Considériez-vous ceux qui ont détruit le toit comme antipathiques ?
 
b.         Mettez-vous à la place des amis du paralytique. Jetteriez-vous un coup d’œil sur la foule et décideriez-vous de revenir le lendemain ?
 
i.         Qu’est-ce qui les a motivés à persister ?
 
ii.        Les considérez-vous comme des personnes antipathiques ? Ou alors, comme des personnes pleines d’amour et pleines de ressources pour aider leur ami ?
 
4.       Lisez Luc 5:20. Comment réagit Jésus ? Est-il irrité par leur attitude ?
 
a.         Revenez en arrière un instant et considérez la destruction du toit et le prêche de Jésus. La destruction du toit est-elle une bonne chose pour ce qui arrive ensuite ? (Oui. Elle a focalisé l’attention des gens sur ce que Jésus a dit et fait au paralytique. La destruction du toit était une bénédiction non attendue dans le ministère de Jésus. Nous devons voir l’aspect positif des interruptions.)
 
b.         Sur quoi Jésus base-t-il sa conclusion au sujet de "leur" foi (Luc 5:20) ? (Leur foi persistante était manifeste dans la destruction du toit - elle s’est démontrée par leurs actes ! Voulez-vous montrer votre foi aujourd’hui ? Agissez !)
 
c.         À qui la Bible fait-elle référence en disant : "leur" foi ?
 
d.         Mettez-vous à la place du paralytique. Vous pouvez pensez, voir et parler, mais vous avez des limitations majeures dans votre capacité à vous mouvoir. De plus, vous êtes sur le point de descendre à travers un toit. Si quelqu’un fait une erreur en tenant la corde vous pouvez tomber sur la tête. Voteriez-vous pour cette solution ?
 
i.         Qu’en serait-il s’ils vous laissaient tomber ? Auriez-vous foi en le fait que Jésus peut vous guérir malgré tout ?
 
ii.        Peut-être que l’expérience de foi en Jésus pour vous aujourd’hui nécessite que vous sortiez de votre zone de confort, que vous vous exposiez au risque de "tomber sur la tête".
 
5.       Lisez à nouveau Luc 5:20. Attendez une minute ! Le problème est que cet homme est paralysé. Mettez-vous à la place des amis. Vous venez d’ouvrir le toit et d’avoir descendu votre ami au milieu de la foule, ce qui vous a mis dans une situation grandement embarrassante. Au lieu de guérir votre ami, Jésus dit : "tes péchés te sont pardonnés". Que ressentez-vous ?
 
a.         Pourquoi Jésus parle-t-il des péchés ? (Lisez Jean 9:1-3. La perception courante était que la maladie était la conséquence du péché. Certaines l’étaient certainement. Que la maladie fût réellement la cause du péché ou que ce fût uniquement la perception du paralytique, apparemment son péché était son soucis numéro 1. Jésus s’occupe de son souci numéro 1.)
 
6.       Lisez Luc 5:21. Les autorités prêtent attention à cela ! Leurs pensées sont-elles correctes ? (Oui. Seul Dieu peut pardonner les péchés.)
 
a.         Que veut nous dire Luc ? (Que Jésus est Dieu.)
 
7.       Lisez Luc 5:22-23. Quelle est la réponse à la question de Jésus ? Qu’est-ce qui est le plus facile à dire ?
 
a.         Si vous répondez : "tes péchés te sont pardonnés", en êtes-vous sûr ?
 
8.       Lisez Luc 5:24-25. Si les maîtres de la loi n’avaient pas eu de pensées critiques, ce paralytique aurait-il été guéri ? (N’oubliez pas que Jésus connaît vos pensées.)
 
9.       Comparez ce que les maîtres de la loi font pour promouvoir l’évangile et ce qu’ont fait les amis du paralytique. De quel côté vous situez-vous davantage dans votre vie quotidienne de disciple ?
 
10.   Si vous étiez dans la foule, seriez-vous convaincu par la logique de Jésus ? Est-il logique de croire que quiconque peut guérir peut également pardonner les péchés ? (Il est vrai que la guérison vient de la puissance de Dieu. Mais quiconque guérit n’est pas Dieu. Je pense que l’argumentation de Jésus est différente. Les critiques disaient : "Ce n’est que du vent (blasphématoire). N’importe qui peut dire n’importe quoi." Jésus démontre que sa parole est puissante. Lorsqu’il dit : "Je peux pardonner les péchés", ils doivent prendre sa parole au sérieux.)
 
11.   Lisez Luc 5:26. Remarquez que les gens glorifient Dieu. Pourquoi ne glorifient-ils pas Jésus ? (Ils croyaient que Jésus était le Messie. Ils croyaient que Jésus était Dieu.)
 
a.         Le fait de prier fait-il partie de notre travail de disciple ?
 
II.        Le feu et les amis
 
1.       Lisez Luc 12:47-48. N’êtes-vous pas content de lire cette étude ? Maintenant, si vous ne faites rien, vous serez battu plus durement ! Est-ce cela que veut dire Jésus ? (En partie. Je pense que Jésus a quelque chose de plus profond à l’esprit. Combien d’entre nous regardent autour d’eux et se sentent bien à propos d’eux-mêmes en voyant tous les païens autour d’eux ? Jésus nous donne un avertissement contre ce genre d’attitude. Le vrai disciple œuvre à promouvoir le Royaume et ne prend pas un air de satisfaction devant quelqu’un de moins fidèle.)
 
2.       Lisez Luc 12:49-51. Et ici je chante à propos du "Prince de la Paix" ! Est-ce un exemple pour nous ? Apporter la division là où nous allons ?
 
a.         Comparez Jean 14:27. Comment Jésus peut-il dire qu’il apporte la division et la paix ?
 
b.         Comparez Matthieu 17:27. Pourquoi Jésus voudrait-il éviter d’offenser le peuple qu’il veut diviser ?
 
3.       Continuez la lecture avec Luc 12:52-53. Pourquoi Jésus apporte-t-il la division dans les familles ?
 
4.       Revenons en arrière et lisons à nouveau Luc 12:49-50. Pourquoi Jésus parle-t-il de son propre "baptême" dans ce contexte ? (Je pense que ce que Jésus avait devant lui est un exemple pour nous. Jésus n’essayait pas de se créer des ennemis. Son but était la paix. Mais il avait un chemin difficile à parcourir pour atteindre son but et nous apporter la paix (avec Dieu) et amener la paix (dans son triomphe contre le mal) dans l’univers. Nous ne devons pas essayer d’apporter la division. Mais jusqu’à ce que notre but soit atteint, l’évangile divise. J’ai un collègue que je ne connais pas bien. Il est juif et s’est converti au christianisme. Son père est décédé récemment et j’ai remarqué que le service funéraire s’est déroulé dans une synagogue. Cela m’en a dit beaucoup sur la question de la division dans sa vie.)
 
III.     Les instructions finales
 
1.       Lisez Matthieu 28:18-20. Pourquoi Jésus commence-t-il son instruction en disant que toute autorité lui a été donnée ? (Les disciples ont un sujet de discussion étonnant. Jésus a remporté la victoire sur le péché. Il a maintenant toute autorité. Cela vaut largement la peine de le suivre.)
 
a.         Que devons-nous faire en réponse à la victoire de Jésus ? (Faire d’autres disciples.)
 
i.         Que faisons-nous avec ces disciples ? (Baptisez-les et enseignez-les.)
 
b.         Quelle assurance avons-nous dans cette mission ? (Que Jésus sera avec nous jusqu’à sa seconde venue, lorsqu’il nous emmènera avec lui.)
 
2.       Cher ami, j’ai commencé en vous demandant comment vous devriez aborder chaque journée. Il semble que nous devons garder nos yeux ouverts pour voir ce que nous pouvons faire, mais nous devons également être résolus à promouvoir l’évangile. Nous devons être comme les amis aidant le paralytique plutôt que comme les responsables religieux recherchant les fautes de Jésus. Nous devons faire des disciples et non les critiquer. Voulez-vous vous engager à cela dès aujourd’hui ?
 
IV.      La semaine prochaine : Les pressions possibles.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don