Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 03 - Jésus et le sanctuaire (Lévitique 4, Hébreux 9, Ésaïe 53)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Considérez un des principaux arguments contre la divinité de Jésus : il est issu de parents obscurs, il a grandi dans un village ayant une mauvaise réputation, et il est mort comme un criminel, à un jeune âge. À la place d’une personne ignorante, ce n’est pas un tel résumé qui vous mettrait rapidement sur la voie d’un héros de l’histoire, et encore moins sur la voie de Dieu. C’est le qualificatif "ignorant" qui est important ici. Durant des milliers d’années, Dieu a essayé d’enseigner aux hommes que le Messie venait pour mourir. Débutons notre étude et voyons ce que la Bible nous apprend au sujet du plan de Dieu pour enseigner les hommes !
 
I.          Le problème du péché : la symbolique.
 
1.       Lisez Lévitique 4:22. Avez-vous déjà entendu l’expression : "Nul n’est censé ignorer la loi" ? Comment cela s’applique-t-il à la loi de Dieu ? (Le texte nous dit que les princes (les chefs) sont coupables même des péchés involontaires. Vous n’avez pas besoin d’avoir eu l’intention de pécher pour être coupable.)
 
2.       Lisez Lévitique 4:23. Ce verset modifie-t-il la conclusion que nous venons de tirer au sujet de la culpabilité du péché, bien que non intentionnel ? (Peut-être s’agit-il juste d’une règle de bon sens. Mais le texte semble indiquer que nous n’avons aucune obligation de chercher le pardon du péché, jusqu’à ce que nous nous rendions compte que ce que nous faisons viole la loi de Dieu.)
 
3.       Relions Lévitique 4:24 et Lévitique 4:23. Quelle est la solution de Dieu au problème de ces princes qui pèchent ? (Une fois que vous vous étiez rendu compte de votre péché, vous deviez offrir à Dieu le sacrifice d’un bouc mâle.)
 
4.       Lisez Lévitique 4:25-26. Qu’est-il exigé d’autre pour le pardon du péché ? (La base de tout cela se trouve dans le livre de l’Exode. Dans Exode 25 à 27, Dieu donne à Moïse les instructions pour construire un sanctuaire (temple), de sorte que Dieu puisse demeurer parmi les hommes (Exode 25:8). Dans Exode 28 à 30, Dieu établit un sacerdoce et un système de sacrifices pour ce sanctuaire. Quand Lévitique 4:25-26 se rapporte aux "cornes de l’autel des holocaustes" et au "prêtre", ceux qui entendent ces instructions savent que cela se réfère au système du sanctuaire que Dieu avait instauré dans le livre de l’Exode. Ainsi, la rémission du péché n’exigeait pas simplement le sacrifice d’un animal, mais également que le sang du sacrifice fût appliqué au sanctuaire de manière appropriée par le prêtre désigné.)
 
5.       Lisez Lévitique 4:27-31. Comment les péchés d’une personne "moyenne" sont-ils pardonnés ? (De la même manière que l’étaient les péchés des princes (chefs). Seules les caractéristiques de l’animal différaient.)
 
6.       Avez-vous noté que tous ces textes se rapportent aux péchés commis "par erreur" ? Qu’en pensez-vous ? Est-il possible que Dieu ait instauré un plan uniquement pour la rémission des péchés involontaires ?
 
a.         Lisez Lévitique 5:1. S’agit-il d’un péché involontaire ?
 
b.         Lisez Lévitique 5:20-22. Ces péchés sont-ils involontaires ? (Il s’agit clairement de péchés intentionnels.)
 
i.         Lisez Lévitique 5:23-26. Que devez-vous faire pour être pardonné des péchés intentionnels ? (La mort d’un animal est exigée, comme dans le cas des péchés involontaires. Cependant, lorsqu’il y a atteinte à la propriété d’autrui, la restitution est également exigée avec une pénalité de 20%.)
 
ii.        Que pensez-vous de cette pénalité de 20% ?
 
(1)    Pourquoi pensez-vous que Dieu impose cette pénalité ? (Pour dissuader les hommes à pécher.)
 
(2)    La restitution et cette pénalité de 20% constituent-elles la différence entre les péchés intentionnels et les péchés involontaires ?
 
7.       Lisez Lévitique 17:10-12. Quel rôle le sang joue-t-il dans le système sacrificiel du sanctuaire ? (Lévitique 17:11 nous indique que la "vie" est dans le sang, et c’est le sang qui expie nos péchés. La médecine moderne a montré l’importance de la circulation du sang qui apporte l’oxygène, et ainsi la vie, aux cellules de notre corps.)
 
a.         Je peux de façon logique comprendre la raison pour laquelle Dieu dit que les Israélites ne peuvent pas manger le sang de l’animal sacrifié. Cependant, ces versets interdisent de manger le sang de n’importe quel animal. Quelle logique voyez-vous en cela ? (Ceci prouve que Dieu nous enseigne quelque chose qui va au-delà du sacrifice des animaux. Faire le lien entre l’expiation en général et le sang fait partie du développement de notre instruction et nous enseigne que le sang du Messie expie nos péchés.)
 
8.       Si le sang expie le péché, pourquoi la restitution est-elle exigée pour des péchés intentionnels qui touchent à la propriété d’autrui ? (Comme les "œuvres", aujourd’hui, elles témoignent de l’attitude du cœur.)
 
II.        Le problème du péché : la réalité.
 
1.       Lisez Hébreux 9:19-22. Que nous décrit ici l’auteur du livre des Hébreux ? (Un aspect du sanctuaire faisant partie du système sacrificiel de l’Ancien Testament, que nous venons d’étudier.)
 
a.         Selon le texte des Hébreux, quel rôle joue l’effusion de sang dans la rémission du péché ? (Il n’y a aucune rémission de péché si du sang n’est pas versé.)
 
2.       Lisez Hébreux 9:23-26. De qui le sang des animaux dans le système de l’Ancien Testament symbolise-t-il ? (Jésus.)
 
a.         Lisez Hébreux 9:27-28. Comment ce texte dit-il que Jésus est mort ? (Il s’est offert [en sacrifice]. Tout comme l’animal offert en sacrifice dans l’Ancien Testament, Jésus a versé son sang pour la rémission de nos péchés.)
 
III.     Le problème du péché : la logique.
 
1.       Bien que la nature de la mort de Jésus ait été prédite des milliers d’années à l’avance, expliquez de façon logique pourquoi la mort de Jésus était requise pour la rémission du péché. (Lisez encore Hébreux 9:26. Ce verset écrit : "pour abolir le péché par son sacrifice". Hébreux 9:28 dit (version Bible de Jérusalem (FBJ)) : "Le Christ, après s’être offert [en sacrifice] une seule fois pour enlever les péchés d’un grand nombre". Le sacrifice de Jésus enlève nos péchés.)
 
a.         Nous avons ainsi l’affirmation que le sacrifice de Jésus enlève nos péchés. Mais donnez-moi la raison pour laquelle cela devrait être vrai. (La logique de ceci a toujours été difficile pour moi. Nous commençons par la règle que le péché entraîne la mort (Genèse 2:15-17). Ainsi, ceux qui pèchent meurent, ce qui a un sens logique. La seule logique que je vois à la mort de Jésus est un concept très simple. Jésus a accepté de souffrir la pénalité de mort à notre place. Il a accepté de mourir pour nous.)
 
b.         Satan est-il d’accord avec cette substitution : Jésus mourant à notre place ? (Dieu est celui qui est offensé par le péché. Ainsi, c’est Dieu qui doit être d’accord sur ce principe de substitution.)
 
2.       Supposez que vous me suivez dans la logique de Jésus mourant à notre place. Pourquoi était-il nécessaire pour Jésus de vivre une vie parfaite ? (Deux suggestions. Premièrement, si Jésus avait péché, il aurait alors dû mourir pour son propre péché. Il pouvait être notre remplaçant uniquement parce qu’il n’était pas sous le coup d’une sentence de mort. Deuxièmement, l’affirmation "le péché entraîne la mort" ne serait pas "juste" si les hommes n’avaient d’autre choix que de pécher. Jésus montre qu’Adam et Ève avaient un choix. Jésus montre que le commandement de Dieu aux premiers hommes d’obéir à sa loi était raisonnable et possible. Ainsi, en la vie de Jésus nous voyons d’une part une revendication de la loi de Dieu et d’autre part le paiement de la rançon du péché des hommes.)
 
3.       Bien qu’il faille lire le chapitre entier d’Ésaïe 53, concentrons-nous sur Ésaïe 53:1-5. De qui Ésaïe parle-t-il ? (Il s’agit d’une prophétie sur Jésus.)
 
a.         Ces versets décrivent-ils la puissance, la beauté ou l’autorité ? (Non.)
 
b.         Ésaïe 53:1 nomme le message de ces versets le "bras du Seigneur". À quoi le bras du seigneur se réfère-t-il ? (À la puissance de Dieu. Le muscle de Dieu.)
 
i.         Comment cette image qui manque de beauté, de puissance ou d’autorité peut-elle faire référence à la puissance de Dieu ? (Cela fait partie de la logique de Dieu. Sa "puissance" vient par le sacrifice de soi. Il vainc le péché en s’abandonnant en faveur des autres.)
 
ii.        Avez-vous déjà essayé d’appliquer ce principe dans votre vie ?
 
4.       Cher ami, en considérant que le système sacrificiel de l’Ancien Testament exigeait l’effusion de sang pour la rémission des péchés, la nature de la mort de Jésus était parfaitement prévue. Il s’agit d’une évidence extraordinaire que Jésus est le Messie. Cependant, la logique de ceci nous enseigne une leçon importante au sujet de la vie. Avez-vous ressenti la puissance du sacrifice de soi ?
 
IV.      La semaine prochaine : Tu m’as formé un corps.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don