Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 02 – Je vois, je veux, je prends (Malachie 3, Luc 7, Hébreux 11, 2 Corinthiens 8)

Copyright © 2018, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Notre étude de la semaine dernière sur Luc 12 nous a donné des enseignements importants. Premièrement, Luc 12.30 nous dit que notre Père céleste sait que nous avons besoin des choses matérielles que « les gens de toutes les nations recherchent sans relâche ». Deuxièmement, Luc 12.31 nous dit que si nous cherchons le règne de Dieu, Dieu nous donnera ce que les gens recherchent. C’est un message intéressant, qui est facilement mal compris. Continuons notre étude cette semaine en regardant ce que la Bible nous enseigne sur le fait de prendre et de donner aux autres !
 
I.  Le Dieu qui nous promet la richesse
 
1.     Parcourez rapidement Deutéronome 28.1-14 et lisez Malachie 3.8-11. Il est beaucoup écrit au sujet de ce qui est appelé « l’évangile de prospérité ». Cet évangile dit essentiellement que les disciples de Dieu seront riches. En considérant Deutéronome 28 et Malachie 3, cette idée de prospérité se base-t-elle sur les promesses de Dieu ? (Cela semble être exactement ce que ces deux références promettent.)
 
a.      Lisez à nouveau Malachie 3.10. Selon ce texte, combien de richesse est donnée à ceux qui sont fidèles dans leur dîme et leurs offrandes ? (Il est dit : « Au delà de toute mesure ». Cela ressemble au paysan de la semaine dernière qui était si abondamment béni qu’il construisit de nouvelles granges pour y amasser toutes ses récoltes.)
 
i.       Certains relèvent à juste titre que Malachie 3.10 réfère aux « bénédictions » et pas à « l’argent ». Comment comprenez-vous la nature des bénédictions promises dans Malachie 3 ? (Premièrement, le fait de nous dire que nous n’aurons « pas assez de place » fait penser à une bénédiction matérielle. Cependant, Malachie 3.11 lève tout doute parce qu’il réfère spécifiquement à la prospérité du paysan avec ses cultures. Dieu parle au minimum de notre prospérité matérielle.)
 
b.      Quand vous réfléchissez à ces versets, vous semblent-ils indiquer que Dieu est comme une sorte de distributeur automatique céleste généreux – vous mettez quelques pièces et la machine vous rend davantage que ce que vous pourriez réellement acheter ? (C’est exactement ce à quoi cela ressemble.)
 
i.       Y a-t-il une raison quelconque de croire que ce n’est pas ce que Dieu a à l’esprit ? Lisez Luc 12.31. Selon ce verset, quel est le but de Dieu pour nous ? (Rechercher le règne de Dieu plutôt que de rechercher (ou s’inquiéter au sujet) des choses matérielles. L’enseignement de Luc 12.22-31 est que nous ne devrions pas avoir comme priorité de devenir riches. Si Dieu était réellement comme un distributeur qui multiplie votre argent, ce serait un appel direct au matérialisme. Cela passerait à côté de l’enseignement de Dieu.)
 
2.     Lisez Matthieu 7.9-11. Voulez-vous donner à vos enfants des choses matérielles ? Si oui, pour quelles raisons et pourquoi cela ne fait-il pas de vous un « distributeur automatique » ? (Nous donnons à nos enfants certaines choses matérielles parce que nous les aimons. Vous pourriez être cynique et dire que cela ressemble à un distributeur automatique, mais la vérité est que nous le faisons parce que nous les aimons.)
 
3.     Lisez Matthieu 7.12. Que font « la Loi et les Prophètes » pour nous ? (Ils nous donnent une meilleure façon de vivre. L’amour de Dieu pour nous lui fait nous donner de bonnes choses, tout comme notre amour pour nos enfants nous fait leur donner de bonnes choses. Mes parents voulaient pour moi succès et prospérité. Dieu a le même but pour nous, et il nous donne sa loi pour aider à ce que cela arrive.)
 
4.     Lisez Hébreux 11.32-35. À l’exception de la dernière partie du verset 35, s’agit-il là de la vie que vous aimeriez avoir ? S’agit-il de la vie que Dieu veut que nous ayons ?
 
5.     Lisez Hébreux 11.35-38. Attendez une minute ! Comment expliquez-vous ce résultat ? Deutéronome 28 et Malachie 3 ne leur étaient-ils pas aussi promis ?
 
6.     Lisez Hébreux 11.39-40. Qui sont les « tous ceux-là » qui n’ont pas reçu tout ce qui avait été promis ? Ne s’agit-il que du peuple de Dieu décrit dans Hébreux 11.35-38 ? (Si vous n’êtes pas sûr(e), lisez le chapitre entier de Hébreux 11. L’enseignement de Dieu est que ses disciples ont divers degrés de succès, d’accomplissements et de prospérité. Cependant, aucun d’eux n’a reçu ici sur la terre toute la promesse de Dieu.)
 
a.      Selon vous, quel est l’enseignement de Dieu sur le matérialisme et le succès dans Hébreux 11, et quel est le lien avec Deutéronome 28 et Malachie 3 ? (Dieu veut nous donner des magnifiques dons, Dieu veut que nous prospérions. Cependant, le monde pécheur est tel que personne d’entre nous ne profitera d’un accomplissement total de la promesse de Dieu avant d’être au ciel.)
 
i.       Quel regard cela devrait-il vous amener à porter sur l’évangile de prospérité ? (Si la promesse complète ne vient qu’au ciel et sur la nouvelle terre, alors nos efforts ici doivent être focalisés sur l’avancement du règne de Dieu – exactement ce que nous dit Jésus dans Luc 12.31.)
 
7.     Comment cela fonctionne-t-il donc de façon concrète ? Abordons dans la suite un exemple de la vie réelle.
 
II.  La vie concrète
 
1.     Lisez 2 Corinthiens 8.1-2. Attendez une minute ! Il s’agit là de Chrétiens qui passent tant par une très grande épreuve que par une « profonde pauvreté ». Comment expliquez-vous ce résultat ? Est-ce parce qu’ils n’ont pas obéi à Dieu, parce qu’ils n’ont pas mis la première priorité au règne de Dieu, ou parce qu’ils n’ont pas été généreux avec Dieu ? (Ils sont clairement généreux. Paul les appelle « frères et sœurs », ainsi il s’avère qu’ils suivent Dieu.)
 
a.      Comment est-il possible d’être joyeux et généreux au milieu de l’épreuve et d’une grande pauvreté ? (Le verset 1 nous dit que c’est par « la grâce ». Il s’agit d’une nouvelle évidence qu’ils ont une bonne relation avec Dieu.)
 
b.      Si Dieu montre de la grâce à leur égard, pourquoi ne jouissent-ils alors pas de richesses ? (Cela commence à nous montrer une image plus large de ce que signifient les bénédictions de Dieu. Nous relions la joie et la générosité avec la richesse. Mais la grâce de Dieu rend cela possible sans la richesse.)
 
2.     Lisez 2 Corinthiens 8.3-4. Paul doit-il presser les Macédoniens à donner ? (Non. Paul dit que c’était leur idée. Ils ont demandé « avec beaucoup d’insistance » à partager leurs biens.)
 
a.      Pour quelle raison partagent-ils s’ils sont dans une profonde pauvreté ? (Cela reflète leur amour pour les autres Chrétiens.)
 
3.     Lisez 2 Corinthiens 8.5. Paul dit que les Macédoniens se sont donnés eux-mêmes d’abord au Seigneur, puis à Paul et à Tite. Cet ordre est-il important ? (Oui. Le don de Paul et de Tite est venu comme résultat de « la volonté de Dieu ». C’est ce changement dans notre attitude, généré par l’Esprit saint, qui contrebalance notre tendance naturelle vers la cupidité.)
 
4.     Lisez 2 Corinthiens 8.6-7. Avons-nous besoin d’aide pour acquérir la « grâce de donner » ? (Le travail de Tite était de les aider avec cela.)
 
a.      Alors que vous regardez la liste des choses dans lesquelles les Corinthiens excellaient, cela suggère-t-il qu’un Chrétien peut tomber dans le domaine du don, mais pas dans beaucoup d’autres aspects importants ?
 
i.       Si vous répondez par l’affirmative, cela signifie-t-il que chacun et chacune d’entre nous devrait réfléchir spécifiquement à sa position sur l’échelle de la générosité et de la cupidité ?
 
5.     Lisez 2 Corinthiens 8.8. Êtes-vous encouragé(e) par le fait que Paul ne fait pas de la générosité un commandement ? (Il semble certainement être davantage flexible que ce que dit Dieu dans Malachie 3 !)
 
a.      Votre conjoint vous a-t-il/elle déjà dit : « Je ne vais pas te dire de faire cela, mais si tu m’aimes et si tu étais un aussi bon conjoint que celui de mon frère ou de ma sœur, ferais-tu cela pour moi ? »
 
i.       Si tel est le cas, avez-vous considéré cela comme un commandement ? (Cela semble être un parallèle exact à ce que Paul dit. Si votre amour est sincère, et si vous êtes aussi sincère que ces Macédoniens, vous serez généreux(se) !)
 
ii.       Que cela nous dit-il au sujet de la relation entre la générosité et l’amour ?
 
6.     Lisez 2 Corinthiens 8.9. Les Macédoniens, ou d’autres Chrétiens sincères, sont-ils réellement le point de comparaison approprié ? (Non. Jésus est mort atrocement à notre place à cause de son amour pour nous. C’est lui notre point de référence.)
 
7.     Lisez Galates 5.22-23. Quel est le premier fruit de l’Esprit saint listé ? (L’amour.)
 
a.      Comment cela nous aide-t-il à réconcilier d’un côté la situation dans laquelle étaient les Macédoniens, et de l’autre la promesse de bénédictions matérielles de la part de Dieu pour tous ceux qui le suivent ? (Si notre objectif premier est de chercher le règne de Dieu, alors l’amour devrait se refléter dans votre vie. Bien que le résultat général de l’obéissance soit une vie bénie, certains se retrouvent avec de sérieux problèmes, inclues les épreuves et la pauvreté. Même confrontés à ces problèmes, les disciples de Dieu doivent refléter son amour en étant généreux avec les autres dans le besoin.)
 
8.     Cher(ère) ami(e), si vous trouvez que vous avez besoin d’aide dans le domaine de la générosité et de l’amour, pourquoi ne pas demander à l’Esprit saint de vous aider ?
 
III.    La semaine prochaine : Dieu ou Mamon.
 

faire un don