Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 11 - Les relations chrétiennes (Éphésiens 5:21 à 6:9)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Aimeriez-vous avoir du succès dans votre vie et dans votre vie sentimentale ? Les Chrétiens ont beaucoup d’avantages dans la vie. Un des avantages les plus importants est l’enseignement pratique de la Bible sur le développement de notre intelligence émotionnelle. Notre étude de cette semaine, si elle est prise au sérieux, nous permettra d’augmenter notre "Q.I." émotionnel, utile dans nos relations avec nos collègues de travail, notre conjoint, nos enfants et nos amis. Débutons notre étude sans plus attendre !
 
I.          Une soumission mutuelle
 
1.    Lisez Éphésiens 5:21. Que signifie "se soumettre" aux autres Chrétiens ? (Le commentaire Wuest’s Word Studies nous dit que cela a une signification militaire : comme lors de l’alignement des troupes pour la bataille. Les troupes se soumettent à l’organisation.)
 
a.         Comment fonctionne une soumission mutuelle logiquement ? À l’armée il y a des soldats de différents rangs. Ceux d’un rang plus élevé doivent-ils se soumettre à ceux d’un rang inférieur ? Comment des généraux pourraient-ils se soumettre à des civils ? Des officiers à des nouvelles recrues ? (La soumission mutuelle ne ressemble à rien de ce que j’ai entendu en relation avec l’armée. Paul nous donne là un nouveau concept.)

b.         Quel est le rapport entre la "crainte du Christ" et une soumission mutuelle ? (Comme j’ai de la peine à focaliser mon esprit sur l’idée de la "soumission mutuelle", cela doit signifier que notre Maître commun génère en nous une déférence spéciale les uns pour les autres.)

c.         Si Jésus est la base d’une soumission les uns aux autres, que cela suggère-t-il sur la nature de la soumission ? (Premièrement, cela signifie que nous ne parlons que de la soumission qui fait partie du code de bonne conduite des Chrétiens. Deuxièmement, il semble que la soumission mutuelle absolue ne tienne jamais compte d’aucun type d’organisation. Ainsi, cela doit signifier une soumission dans l’ordre d’autorités créé par Dieu. Paul continue à expliquer l’ordre d’autorités de Dieu. Continuons donc.)
 
II.        Entre époux
 
1.    Lisez Éphésiens 5:22-24. Que signifie pour une femme d’être "soumise" à son mari ? (Il y a au moins les mêmes restrictions que celles que nous avons trouvées dans Éphésiens 5:21, à savoir le code de bonne conduite des Chrétiens.)
 
a.         Repensez à Éphésiens 5:21. Un mari doit-il se soumettre à sa femme ? Sa femme est-elle la seule personne à laquelle il ne doive pas se soumettre ?

b.         Dès lors qu’Éphésiens 5:21 nous dit de nous soumettre les uns aux autres, l’instruction donnée aux femmes de se soumettre à leur mari n’est-elle pas redondante ? (Nous avons conclu que les versets suivant Éphésiens 5:21 étaient une explication de l’idée difficile de soumission mutuelle absolue. Ainsi, Éphésiens 5:22 nous donne un complément d’information.)

c.         Paul nous dit que la soumission d’une femme à son mari est semblable à la soumission de l’église à Jésus. Dans quel sens l’église se soumet-elle à Jésus ? (Elle se soumet à sa direction pleine d’amour et à son exemple de vie.)

d.         Cette instruction de soumission de la part des femmes est-elle limitée à la culture du temps de Paul ? (Paul ne dit rien au sujet de la culture. Tous ses points de référence portent sur Jésus et sa relation avec l’église. C’est un point de référence intemporel.)
 
2.    Lisez Éphésiens 5:25-27. Dans quel sens Jésus s’est-il "livré lui-même" pour l’église ? (La vie entière de Jésus sur la terre était un exemple d’abnégation. Il n’avait pratiquement aucun bien. Il a même donné sa vie pour les autres.)
 
a.         Un mari doit-il aimer sa femme de cette même façon pleine d’abnégation ? (Oui.)

b.         Quel est le but de l’obligation du mari de renoncer à lui-même pour sa femme ? (La consacrer, la sanctifier.)
 
i.         Comment cela se passe-t-il ? (Lisez Romains 12:20-21. C’est un thème du christianisme. En renonçant à nous-mêmes pour d’autres, nous les gagnons à Jésus. Un mari qui renonce à lui-même pour sa femme, la gagne à Dieu.)
 
3.    Lisez Éphésiens 5:28. C’est l’un de mes textes préférés dans la Bible entière. Si vous voulez avoir un bon mariage, prêtez attention à cette instruction : "Celui qui aime sa femme s’aime lui-même". Bien des écrits de Paul sont complexes, mais cette instruction ne l’est pas.

4.    Lisez Éphésiens 5:29-30. Maris, aimez-vous votre femme autant que vous vous aimez ? Prenez-vous soin d’elle autant que de vous-même ?

5.    Après avoir lu ces instructions aux maris et aux femmes, pouvez-vous imaginer un mari exiger que sa femme se soumette à lui ? (L’instruction aux femmes de se soumettre est bien là, mais les maris sont exhortés à renoncer à eux-mêmes pour leur femme, à aimer leur femme autant qu’ils s’aiment eux-mêmes. Cette attitude de la part du mari est précisément ce qui va amener une femme à se soumettre volontairement. Agresser verbalement sa femme en lui disant de se soumettre est difficilement efficace. La soumission à l’abnégation du mari ne ressemble à aucune soumission que le monde comprend.)

6.    Lisez Éphésiens 5:31-33. Que signifie pour un homme le fait de quitter son père et sa mère ?
 
a.         Un homme marié devrait-il vivre avec ses parents après avoir convolé en justes noces ?

b.         Un homme marié devrait-il passer plus de temps à parler à ses parents qu’à sa femme ?

c.         Un homme marié devrait-il partager ses différends conjugaux avec ses parents ? Une femme mariée devrait-elle partager ses différends conjugaux avec ses parents ? Est-ce compatible avec la directive d’être "une seule chair" ? (Quand un conjoint va chez ses parents pour les rallier à sa cause contre l’autre conjoint, il s’ensuit une résolution du problème quasiment impossible. Le conjoint ayant l’appui des parents n’a aucune raison de faire des compromis. L’autre conjoint va alors se fâcher et sera frustré. La meilleure chose pour ceux qui sont "une seule chair" par le mariage est de résoudre les problèmes entre eux deux ou avec l’aide d’un professionnel équitable. Les membres de la famille ayant un parti pris rendent les choses plus difficiles.)

d.         Avez-vous déjà entendu des femmes discutant entre elles et énonçant des choses peu flatteuses au sujet de leur mari ? Est-ce compatible avec l’instruction de respecter son mari ?

e.         Avez-vous déjà entendu des maris dire des choses peu flatteuses au sujet de leur femme ? Est-ce compatible avec l’instruction d’aimer sa femme ?
 
III.     Entre parents et enfants
 
1.    Lisez Éphésiens 6:1-3. Quelle relation logique y a-t-il entre une vie longue et plaisante et le fait d’honorer ses parents ? (Si vous partiez en randonnée, vous écouteriez les instructions de quelqu’un qui aurait déjà fait cette randonnée auparavant. Il s’agit simplement de bon sens. Les parents ont déjà parcouru le chemin de la vie. Peut-être n’ont-ils pas suivi le meilleur itinéraire, mais ils connaissent probablement la meilleure route à suivre. Des parents consacrés à Dieu ont l’avantage supplémentaire d’avoir l’aperçu du Créateur de la Vie. Suivre les instructions de parents consacrés à Dieu améliore la qualité et la durée de la vie.)

2.    Lisez Éphésiens 6:4. Paul contraste l’irritation des enfants avec leur élévation par l’éducation et les avertissements du Seigneur. En quoi s’opposent-ils ? (Les parents se perdent parfois entre leurs propres règles et celles de Dieu. Deutéronome 4:2 nous dit de ne rien ajouter ni soustraire à la parole et aux commandements de Dieu. Établir vos propres règles ennuyeuses (comme l’ont fait les chefs juifs au temps de Jésus) ou manquer à imposer les règles de Dieu (comme l’ont fait les chefs juifs avant la captivité babylonienne) est mal dans les deux cas. Se tromper d’un côté ou de l’autre irritera vos enfants.)
 
IV.      Entre employeur et employé
 
1.    Lisez Éphésiens 6:5-7. Ce conseil est-il applicable aux employés ? (Oui.)
 
a.         La nature de notre employeur devrait-elle modifier la façon dont nous travaillons ? (Non. Nous devons travailler comme si nous travaillions pour Dieu.)

b.         Quand Dieu observe-t-il votre travail ? (En tout temps.)
 
i.         Pendant combien de temps devrions-nous faire preuve de diligence ?
 
c.         Quel rôle jouent les syndicats dans cette relation ? (Feriez-vous grève contre Dieu ? Le bafoueriez-vous et feriez-vous valoir vos droits ?)
 
2.    Lisez Éphésiens 6:8. Qui, en fin de compte, nous paye pour notre travail ? (Dieu nous donnera la récompense ultime pour notre travail.)

3.    Lisez Éphésiens 6:9. Quelle obligation ont les employeurs envers leurs employés ? Que veut dire Paul en disant : "agissez de même à l’égard de vos esclaves" ? (Je pense qu’il se réfère au verset précédent, au travail des employés comme s’ils travaillaient pour Dieu. Les employeurs devraient prendre des décisions dignes de Dieu dans leur relation avec leurs employés. Ils ne devraient pas abuser des employés.)
 
a.         Cette obligation s’étend-elle aux autres chefs dans la hiérarchie ? Dieu exige-t-il également d’eux qu’ils ne menacent pas ceux qui sont sous leur supervision ?

b.         Que devrait faire un employé ayant un employeur injuste, mais qui comprend qu’il devrait travailler pour son employeur comme s’il travaillait pour Dieu ? (À la différence des esclaves, nous pouvons changer d’employeur. Le fait d’avoir un employeur qui honore Dieu rend notre travail bien plus agréable.)
 
4.    Cher ami, regrettez-vous certaines de vos décisions passées, relatives à des relations avec d’autres ? La meilleure façon d’éviter des regrets, la meilleure façon d’améliorer votre intelligence émotionnelle est de suivre les conseils de Dieu. Voulez-vous vous y engager dès aujourd’hui ?
 
V.        La semaine prochaine : Le combat chrétien.
 

faire un don