Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 – La condition humaine (Romains 1.18 à 3.20)

Copyright © 2017, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà réfléchi à quel point la croyance en la justification par la foi façonne votre point de vue entier sur Dieu ? Considérez que la justification par la foi (la grâce) signifie que tout effort humain est voué à l’échec. Seul Dieu est parfait. Cela dit non seulement quelque chose sur la façon dont je suis sauvé, mais cela dit également quelque chose sur la façon dont je dois voir les autres. Cela dit quelque chose sur la façon dont je dois voir le rôle de Dieu dans l’univers. Notre étude de cette semaine sur « la condition humaine » nous amène sur un chemin où nous considérons la vision plus large de la grâce. Débutons notre étude et laissons-nous enseigner par la Bible !
 
I.  Aucune excuse
 
1.     Lisez Romains 1.18-20. Paul décrit deux choses. Premièrement, il décrit ceux qui suppriment la vérité. Deuxièmement, il décrit la raison pour laquelle la vérité ne peut pas être supprimée. Comment les humains tentent-ils de supprimer la vérité ? (Par leur impiété et leur injustice.)
 
a.      Le voyez-vous dans la société aujourd’hui ? (Je crains que l’impiété ne prenne le dessus. Non seulement les principes bibliques portant sur la vie et les relations sexuelles sont méprisés, mais il y a un mouvement croissant pour supprimer le discours de ceux qui croient aux principes bibliques.)
 
i.       Voyez-vous une montée de l’impiété ? (Cela a été étudié. Le nombre de personnes qui ne croient pas en Dieu est en hausse.)
 
b.      Selon ces versets, qu’est-ce qui nous donne l’espérance ? (La vérité sur Dieu ne peut pas être supprimée avec succès. L’existence de Dieu et sa nature divine son claires dans sa création. L’idée selon laquelle les cieux et la terre sont le fruit du hasard et de la sélection naturelle est ridicule. La plupart des humains peuvent simplement observer et décrire les lois de la nature, mais ils ne peuvent pas expliquer comment elles fonctionnent. Cela défie la logique que de penser que de telles lois si incroyablement complexes sont apparues par hasard. Si elles ne sont pas le résultat du hasard, quel groupe d’humains stupides sommes nous si nous ne pouvons pas comprendre comment elles fonctionnent.)
 
c.      Les humains ont-ils une excuse pour ne pas croire en Dieu ? (Non. La Bible dit qu’il n’y a aucune excuse.)
 
2.     Lisez Romains 1.21-23. Qu’ont refusé de faire des humains illogiques ? (Ils n’ont pas remercié Dieu, ni ne lui ont rendu gloire.)
 
a.      Quel est la conséquence du fait de ne pas reconnaître Dieu comme le Créateur de l’Univers ? (Cela embrouille l’esprit d’un athée. Des gens intelligents font des choses stupides comme créer des images qui ressemblent à des humains ou à des animaux, puis ils les adorent.)
 
i.       Dans mon voisinage je ne vois personne se prosterner devant une idole. Les humains sont-ils devenus suffisamment intelligents pour au moins ne pas faire cela ? (L’erreur de logique de l’athée est de ne pas reconnaître Dieu. Je pense que la logique humaine, les théories humaines, sont devenues les nouvelles idoles. Nous ne créons pas une image qui ressemble à une personne ou à un animal, nous créons une image sur du papier ou électroniquement sous la forme d’un argument contre Dieu.)
 
b.      Réfléchissez à la façon dont l’idée de la grâce s’intègre à cela. Si nous pensons que nos œuvres ont quelque chose à voir avec notre salut, sommes-nous comme ceux qui fabriquent des idoles de leurs propres mains ?)
 
3.     Lisez Romains 1.24-25. Quelle est la conséquence du fait de rejeter Dieu le Créateur ? (Dieu « les a livrés » à l’impureté sexuelle.)
 
4.     Lisez Romains 1.26-27. Quel péché d’ordre sexuel est spécifiquement mentionné, qui découle du rejet de Dieu ? (L’homosexualité.)
 
a.      Selon vous, pourquoi Paul mentionne-t-il les relations sexuelles homosexuelles comme le résultat logique du rejet de Dieu ? Pourquoi cela vient-il juste après l’adoration d’images qui représentent des animaux et des humains ? (Paul argumente en faveur du bon sens. Comment pouvez-vous regarder la création et ne pas croire qu’il y a un Dieu ? Comment un humain peut-il adorer quelque chose qu’il a fait de ses propres mains ? Comment les humains peuvent-ils regarder comment ont été faites les espèces sexuées comprenant un mâle et une femelle, et en conclure que les relations sexuelles homosexuelles sont normales ?)
 
b.      Selon vous, que veut dire Paul quand il dit que ceux qui s’engagent dans les pratiques sexuelles homosexuelles « reçoivent […] le salaire que mérite leur égarement » ? Y a-t-il une sorte de punition automatique inhérente à ce péché ?
 
5.     Lisez Romains 1.28. Selon ce verset, quel est le fond d’un « manque de jugement » ? (Il s’agit d’un esprit qui « ne juge pas bon de reconnaître Dieu ». Si vous ne connaissez pas Dieu, si vous ne voulez pas connaître et comprendre la volonté de Dieu pour vous, alors votre esprit manque de jugement.)
 
6.     Lisez Romains 1.29-31. Alors que vous parcourez cette liste, y voyez-vous l’un ou l’autre de vos péchés ?
 
a.      Paul semble décrire une glissade vers le mal. Premièrement, rejeter Dieu et le remplacer par des idoles. Ensuite, les relations sexuelles homosexuelles. Puis vient cette longue liste de péchés. Cela signifie-t-il que les péchés de cette longue liste sont pires que l’homosexualité ? (Il y a un débat d’une portée mondiale sur la normalisation des relations sexuelles homosexuelles sous une loi laïque. Si Paul nous dit que les relations sexuelles homosexuelles ne sont pas pires que d’être « médisant », « insolent » et « orgueilleux », alors la question de savoir ce que la loi doit prohiber devient beaucoup plus complexe.)
 
7.     Lisez Romains 1.32. Quel péché est décrit ici ? (Il s’agit également d’un péché que d’« approuver ceux qui les pratiquent ». Nous ne pouvons pas être dans la position d’approuver la pratique du péché.)
 
II.  Aucun jugement
 
1.     Lisez Romains 2.1. Quand je vous demandais si vous reconnaissiez l’un de vos péchés dans la longue liste de péchés, à quoi Paul s’attendrait-il que vous répondiez ? (Paul dit que nous avons certains de ces péchés dans notre vie.)
 
a.      Pouvons-nous appeler le péché par son vrai nom ? Ou alors, est-ce la même chose que de « juger » ? (Nous pouvons appeler le péché par son vrai nom. Effectivement, Paul vient de le faire. Ce que nous ne pouvons pas faire est de « juger l’autre ».)
 
i.       Pourquoi pas ? (Parce que nous faisons les mêmes choses.)
 
b.      Rappelez-vous l’introduction où nous avons parlé d’une vision large de la grâce. Dans quelle mesure une véritable compréhension de la grâce nous aide-t-elle à gérer le péché des autres ? (Quand nous comprenons clairement la grandeur de Dieu, et la nature pitoyable des humains, nous n’avons « aucune excuse » pour juger les autres, parce que nous « condamnons » alors notre moi pécheur !)
 
2.     Lisez Romains 2.2-3. À quoi devraient s’attendre ceux qui jugent les autres ? (Ils devraient s’attendre à ce que Dieu les juge pour leurs péchés. Nous devons reconnaître que nous sommes des humains pécheurs.)
 
3.     Lisez Romains 2.4. Depuis très longtemps je fais partie de la direction d’une église locale. Auparavant, nous disciplinions ceux qui s’engageaient dans l’adultère. Je me souviens d’avoir lu le manuel de l’église, qui disait que le but de la discipline était de choquer le pécheur afin de l’amener à la repentance et à le ramener à un comportement juste. Selon ce verset, quelle est l’approche de Dieu ? (Il dit exactement l’opposé : « La bonté de Dieu doit te conduire à un changement radical ».)
 
a.      Notez la ligne dure ici : si nous ne comprenons pas que la grâce reflète la « bonté », la « tolérance » et la « patience » de Dieu envers nous, alors nous montrons du « mépris » pour Dieu !
 
4.     Lisez Romains 2.5. À quelle attitude têtue et impénitente Paul fait-il référence ? (Les quelques derniers versets réfèrent au jugement que l’on porte sur les autres. Avez-vous déjà pensé que le fait de juger les autres alors que vous êtes vous-même pécheur ou pécheresse vous rend incapable de vous repentir (changer radicalement) et fait de vous quelqu’un qui « amasse un trésor de colère » ?)
 
a.      Certains peuvent répondre que Paul a écrit précédemment au sujet de ceux qui nient l’existence de Dieu. Paul parle-t-il d’eux quand il promet une colère à venir ? (Notez le noyau commun ici. Ceux qui refusent de reconnaître Dieu sont semblables à ceux qui refusent de reconnaître la grâce de Dieu. Toutes les deux positions montrent du mépris pour sa puissance.)
 
III.  Quelle est la hauteur de la grâce ?
 
1.     Lisez Romains 2.6-11. Maintenant lisez Romains 3.21-24. Paul a-t-il oublié dans le chapitre 3 ce qu’il a écrit dans le chapitre 2 ? Ne s’agit-il pas de déclarations diamétralement opposées ? Paul montre-t-il du mépris pour la puissance de Dieu ?
 
a.      Voyons si nous pouvons réconcilier les déclarations de Paul. Supposez que vous n’ayez pas une attitude de « grâce » et que vous pensiez être meilleur(e) que les autres. Sentiriez-vous le besoin de vous repentir ? (Non.)
 
b.      Au lieu de cela, si vous réalisez que vous êtes embourbé(e) dans le péché tout comme les autres, vous repentirez-vous ? (Je le pense. La grâce nous amène à nous mettre à genoux et à vouloir rendre gloire à Dieu.)
 
2.     Lisez Romains 3.10-12. Si le jugement de Dieu se base sur nos bonnes œuvres, où nous trouvons-nous ? (Cela prouve que Paul ne peut pas soutenir la justification par les œuvres dans Romains 2.6-10.)
 
3.     Lisez Romains 3.19-20. Comment cela s’accorde-t-il avec la section « ne pas juger » du chapitre précédent ? (Cela nous montre que la grâce n’est pas simplement une méthode de salut, c’est une attitude qui pénètre tout ce que nous faisons. La grâce nous enseigne à ne pas juger les autres parce que nous ne pouvons pas survivre à un véritable jugement.)
 
4.     Lisez Romains 3.27-28. Quelle place y a-t-il pour une attitude de jugement ? (Il n’y a aucune place pour cela. Nous sommes justifiés par la grâce seule. Nous sommes tous des gens terribles. La grâce nous enseigne la gratitude pour ce que Jésus a fait pour nous.)
 
5.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous examiner votre cœur pour déceler toute attitude de jugement ? Je confesse qu’en écrivant cette étude j’ai dû m’arrêter pour demander pardon alors que je pensais à des fois où j’ai porté un jugement sur les autres.
 
IV.    La semaine prochaine : La justification par la foi.
 

faire un don