Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 13 – L’Évangile et l’Église (Galates 6.1-10)

Copyright © 2017, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La majorité de nos études de l’épître aux Galates a focalisé sur la façon dont nous vivons par l’Esprit et par la grâce. Paul tourne maintenant son attention sur la façon dont nous devons gérer nos relations avec les autres membres de l’église. Que devons-nous faire au sujet du péché dans l’église ? Est-ce que la nature du péché importe ? Est-ce que la proéminence du membre importe ? Lors d’une récente retraite d’église un week-end, un membre voulait discuter cette question avec moi. Nous étions d’accord que chacun dans l’église est un pécheur. Nous avons tous besoin de la grâce. Cependant, une distinction s’affiche lorsqu’un membre devient un adepte du péché. Cela se passe lorsqu’il ne fait pas que pécher, mais il soutient que le péché devrait être accepté. Débutons notre étude de la Bible et apprenons-en davantage !
 
I.  Le rétablissement
 
1.     Lisez Galates 6.1. Selon vous, que signifie « surprendre » un autre membre en faute ? (Cela peut vouloir dire que vous l’avez surpris ou cela peut vouloir dire qu’il a été « pris au piège » dans le péché.)
 
a.      Cela fait-il une quelconque différence ?
 
2.     Lisez à nouveau Galates 6.1. Quel est notre but après avoir appris le péché de quelqu’un ? (Rétablir la personne.)
 
a.      Selon vous, que signifie « rétablir » la personne ? (L’aider à sortir du péché.)
 
b.      Comment cela fonctionne-t-il compte tenu que nous sommes tous pécheurs ? (Nous sommes tous pécheurs, mais Paul fait une distinction entre « vous, les spirituels » et ceux qui sont « surpris en faute ». Il semble qu’il s’agisse d’un péché qui doit être mentionné.)
 
c.      Comment devons-nous faire cela ? En hurlant sur le pécheur ou en essayant de l’embarrasser ? (La Bible nous dit de le rétablir « avec un esprit de douceur ». Pas en hurlant. Pas en essayant de l’embarrasser.)
 
3.     Focalisons-nous sur la dernière partie de Galates 6.1. Quel est le danger en rétablissant quelqu’un de son péché ? (Nous pouvons être tentés.)
 
a.      Tentés par quoi ? (Le texte ne le dit pas, mais ma première réaction est que nous devons éviter d’être tentés par le péché que nous essayons de corriger.)
 
i.       Avez-vous déjà expérimenté cela ?
 
b.      Si le problème est de regarder profondément dans le péché, que cela nous suggère-t-il au sujet de regarder la télévision et des films qui affichent ouvertement le péché ? (Nous sommes exposés au péché sans l’aspect positif d’essayer d’aider la personne à sortir du péché.)
 
4.     Lisez Galates 6.2-3. Quand je lisais Galates 6.1, je pensais que la tentation était de s’engager dans le même type de péché que la personne qui s’est fait « surprendre ». Cela suggère une réponse différente. Quelle est-elle ? (Le problème du péché ici est que je vais penser que je suis supérieur à la personne que j’aide à sortir du péché.)
 
a.      Si j’aide une tierce personne à sortir du péché, cela ne signifie-t-il pas automatiquement que je suis « meilleur(e) », relativement à ce péché ? (Si nous pensons cela, Paul nous dit que nous avons été trompés. Nous sommes tous pécheurs.)
 
b.      Une des choses que nous dit Paul de faire est de « porter les fardeaux les uns des autres ». Si vous pensez chaque fois que vous êtes une personne meilleure que celle que vous essayez de rétablir hors du péché, cela pose-t-il un problème pratique ? (Si vous avez une attitude de supériorité, cela transparaît. Ce genre d’attitude vous empêche certainement d’être véritablement sympathique. Vous n’aidez pas à porter le fardeau de l’autre personne.)
 
5.     Lisez Galates 6.4. Que signifie « examiner » son « œuvre propre » ? (Si vous êtes comme moi, je ne suis pas véritablement tenté dans tous les domaines de ma vie. Voler de l’argent ou tuer quelqu’un ne me tentent pas du tout. Si je conseille quelqu’un qui aime voler, Dieu me dit de réfléchir aux domaines dans lesquels j’ai un problème, de telle sorte que je ne me sentirai pas supérieur au voleur.)
 
a.      Attendez une minute ! Je viens d’écrire que nous ne devons pas nous sentir supérieurs au voleur, mais le texte biblique nous dit que nous pouvons être fiers de nous-mêmes ? (Nous ne devons pas avoir de la fierté qui se base sur le fait que nous sommes meilleurs que la personne que nous aidons. Au lieu de cela, nous devons tirer de la fierté du fait que nous faisons des progrès dans notre cheminement vers la droiture.)
 
i.       Tirer de la fierté ne semble-t-il pas contraire à la compréhension selon laquelle l’Esprit saint travaille en nous pour nous faire progresser vers la sainteté ? (Je pense que le sens est que nous nous réjouissons dans les victoires contre le péché.)
 
6.     Lisez Galates 6.5. Pourquoi devons-nous porter notre « propre charge » ? (Paul a écrit que nous devons porter les fardeaux « les uns des autres ». Ici, il nous dit de porter notre propre fardeau. À nouveau, je pense que l’enseignement est que lorsque nous réalisons nos propres péchés, cela nous fait sentir moins supérieurs que les autres qui font face à différents types de péchés.)
 
II.  Soutenir l’enseignant
 
1.     Lisez Galates 6.6. Que signifie « faire participer à tous ses biens celui qui l’enseigne » ? (Cela signifie soutenir la personne qui vous enseigne.)
 
a.      Notez le genre d’instruction qui mérite un soutien – « à qui l’on enseigne la Parole ». Que cela nous dit-il au sujet des gens qui enseignent une philosophie de vie qui ne se base pas sur la Bible ? (Cette instruction ne mérite pas notre soutien.)
 
III.  La loi du retour
 
1.     Lisez Galates 6.7. Nous comprenons qu’un cultivateur moissonnera ce qu’il aura semé. Comment cela se passe-t-il en ce qui concerne le péché et le fait d’aider les autres à sortir du péché ?
 
2.     Lisez Ecclésiaste 8.14 et Ecclésiaste 9.1-2. Le roi Salomon et Paul devraient-ils en débattre ? Ils semblent être en désaccord total ! (Il se passe deux choses. Premièrement, Salomon veut peut-être dire qu’il y a des exceptions à la règle générale. Hébreux 11, spécialement Hébreux 11.35-38, reconnaît que des choses injustes se déroulent sur terre.  Cependant, il ne s’agit pas de la règle générale. De plus, Hébreux 11 dit que tout sera rétabli quand Jésus reviendra. Deuxièmement, Salomon est clairement déprimé. Beaucoup de Chrétiens que je connais citent Ecclésiaste 9.5 pour prouver l’état des morts. C’est de la folie. Si ce texte est pris littéralement, il rejette la promesse d’Hébreux 11, selon laquelle tout sera rétabli dans le ciel. Salomon est simplement déprimé – et ce fait encourage ceux qui luttent contre la dépression.)
 
3.     Lisez Galates 6.8. Paul explique que la moisson dont il parle est notre destination éternelle. Cela résout une partie du conflit avec Salomon. Qu’avez-vous observé ? Avez-vous observé un certain « retour » en conséquence de nos choix et de nos actes, même au cours de la vie ici sur terre ?
 
4.     Lisez Galates 6.9. Que devons-nous faire si nous nous sentons « lassés » à cause de nos bonnes œuvres ? (Nous devons nous rappeler que nous recevrons une récompense si nous n’abandonnons pas !)
 
a.      Cela n’est-il pas contraire à l’idée de la grâce ? (En lisant Galates 6.8 il est difficile de soutenir que Paul parle de deux choses différentes : la vie éternelle et la récompense au ciel. Au lieu de cela, je pense que Paul nous dit que ceux qui acceptent la grâce, ceux qui choisissent de vivre en se laissant guider par l’Esprit saint, ceux qui marchent sur le chemin de la justification, reflètent des bonnes œuvres dans leur vie.)
 
5.     Lisez Galates 6.10. Comment a changé notre « occasion » depuis l’époque de Paul ? (Nous connaissons maintenant les besoins sur toute la terre. Nous pouvons en entendre parler instantanément. Paul, à l’inverse, parlait de choses qui attireraient l’attention des croyants.)
 
a.      Est-ce que notre « occasion » que nous avons semble parfois accablante ?
 
b.      J’ai lu un article de recherche au sujet de l’utilisation des revenus issus des impôts locaux et des revenus des impôts nationaux. L’article trouvait que les gens locaux utilisaient plus intelligemment les impôts locaux pour résoudre des problèmes locaux. Ils comprennent mieux la situation que ceux qui gèrent les revenus au niveau de l’État. Ce concept peut-il s’appliquer dans l’aide à autrui ? Nous sommes peut-être informés des problèmes qu’il y a dans le monde, mais est-ce qu’aider les gens que nous connaissons localement nous aide à apporter une aide plus efficace ?
 
c.      Que dit Paul au sujet de mettre la priorité sur les croyants lorsque nous leur apportons notre aide ? (Il dit que nous devons aider « en particulier » les croyants.)
 
6.     Cher(ère) ami(e), avez-vous réfléchi attentivement à la façon dont vous pouvez aider ceux qui vous entourent ? Avez-vous noté que Paul nous donne des instructions spécifiques pour aider ? Cela signifie que notre aide doit être intentionnelle. Paul nous encourage à aider en nous disant que nous recevrons une récompense pour notre aide. Voulez-vous réfléchir à ce que vous pouvez faire pour aider les autres ?
 
IV.    La semaine prochaine : Se glorifier de la croix.
 

faire un don