Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 12 – Gérer les mauvaises décisions (Esdras 9 & 10)

Copyright © 2019, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Notre étude de cette semaine porte sur une question très précise : le mariage avec ceux qui ne partagent pas notre foi. Ma femme m’a dit que lorsqu’elle était jeune, elle priait pour que Dieu la conduise à l’homme qu’il fallait pour être son futur mari. À l’époque où je fréquentais, je me souviens d’avoir été très concerné par la foi. Je ne cherchais pas simplement quelqu’un qui était membre de mon église, je cherchais quelqu’un qui partageait mon niveau de dévotion. Par exemple, pendant un certain temps je sortais avec une amie qui était très active dans le programme de l’église le jour du sabbat, et qui passait ensuite son temps après l’église à rendre visite aux personnes âgées dans les maisons de retraite ou à faire d’autres choses de semblable. C’était trop pour moi ! D’un autre côté, je ne voulais pas sortir avec quelqu’un qui ne se souciait pas de la volonté de Dieu. Quand j’ai rencontré ma femme, elle avait le bon mélange de dévotion et de repos sabbatique. Nous sommes toujours mariés 45 ans plus tard. Découvrons ce que nous enseigne la Bible à ce sujet !
 
I.  Les conséquences du péché
 
1.     Lisez Néhémie 13.23-24. Quel est le problème ? (Quand vous faites un mariage mixte, vos enfants ne parlent peut-être pas votre langue !)
 
a.      Aux États-Unis d’Amérique ce n’est pas vraiment un problème. L’anglais est la langue nationale, mais nous avons beaucoup d’immigrants qui parlent espagnol. Les Chrétiens, et plus particulièrement les membres de mon église, parlent les deux langues. Ce problème ne s’applique-t-il pas à nous aujourd’hui ? (Ma fille a épousé le petit-fils d’un pasteur. Il n’était pas membre de notre église, mais il a dit qu’il était chrétien. Après leur mariage, ma fille m’a dit qu’en dépit de sa fréquentation de l’église quand il était jeune homme, il était un illettré biblique. Il ne connaissait même pas les grandes histoires de la Bible. Ma fille et lui ne « parlaient » pas la même langue.)
 
2.     Lisez Néhémie 13.26. Que dit Néhémie lorsqu’il fait l’éloge du roi Salomon ? Pourquoi ne pas juste dire que les mariages mixtes ont fait pécher Salomon ?
 
a.      Quand une personne est sérieuse à propos de Dieu, mais aime quelqu’un qui ne partage pas sa foi, quel est selon vous le but du croyant s’il se marie ? (Le croyant projette de convertir l’incroyant.)
 
i.       Cela marche-t-il habituellement ?
 
ii.       Est-ce la raison pour laquelle les vertus de Salomon sont soulignées ? (Je le pense. Un homme très intelligent, très sage, très talentueux a été égaré par ses femmes. Il ne les a pas converties.)
 
II.  La complainte d’Esdras
 
1.     Lisez Esdras 9.1-2. Quel autre problème lié aux mariages mixtes soulève Esdras ? (Ils ont « mêlé la descendance sainte avec les peuples des pays ».)
 
a.      Que veut dire cela ? Êtes-vous issu(e) d’une sainte descendance ? (Rappelez-vous que Dieu a dit à Abraham qu’il ferait de lui une grande nation (Genèse 12.1-3). Dieu bénirait d’autres nations par l’intermédiaire d’Abraham. Esdras fait référence à un unique problème – le maintien de la nation juive.)
 
b.      Quelle est l’ampleur de ce problème ? (Les chefs et les officiels ont ouvert la voie vers ce péché !)
 
i.       Je pensais que les dirigeants étaient ceux qui ont rapporté ce problème à Esdras ! Qu’est-ce que cela nous dit ? (Cela nous dit que les dirigeants étaient divisés sur cette question.)
 
2.     Lisez Esdras 9.3. Je n’ai jamais rien fait de tel en rapport avec le péché dans mon église. Et vous ? En vieillissant, le fait de m’arracher les cheveux est la dernière chose à laquelle je pense !)
 
a.      Avez-vous déjà pleuré lorsqu’un membre de votre famille ou un(e) ami(e) proche a eu des démêlés avec la justice ? Ou a été sérieusement blessé(e) ? (Pour ma part, oui.)
 
i.       Si vous avez répondu par l’affirmative, mais que vous n’avez jamais déchiré vos vêtements à cause du péché dans l’église, pourquoi cette différence ? (Ma réponse est la suivante : aujourd’hui nous nous identifions à la famille et aux amis proches, mais nous avons un sentiment d’indépendance vis-à-vis de l’église. Nous pleurons pour nos amis, mais pas pour l’église.)
 
ii.       Ce sentiment d’indépendance de l’église est-il un problème ?
 
3.     Lisez Esdras 9.4. Quel genre de personne tremble aux paroles de Dieu ? (Ceux qui craignent Dieu et qui reconnaissent l’importance de l’obéissance.)
 
a.      Est-ce là le vrai problème, plutôt que l’indépendance ? Le problème aujourd’hui est-il que nous ne « tremblons » pas devant les paroles de Dieu ? Sommes-nous trop désinvoltes au sujet de l’obéissance ?
 
b.      Regardez l’émotion exprimée par Esdras. Il dit deux fois qu’il reste là, « atterré ». Y a-t-il quelque chose que l’église fait et qui vous « atterre » ? (Je suis souvent atterré par ce que fait le monde non chrétien. Mais quand il s’agit de l’église, je pense que « préoccupé » est un terme plus juste.)
 
4.     Lisez Esdras 9.5-7. Esdras affirme que la désobéissance entraîne de mauvaises choses pour le peuple de Dieu. Cette peur du jugement est-elle à l’origine de la question du « tremblement » et de « l’atterrement » ? (Il serait facile de dire qu’Esdras a servi Dieu par peur. Nous rejetterions alors cela comme raison valable pour suivre Dieu. Je pense que la référence à la honte, à la confusion et à la culpabilité dans Esdras 9.6 nous donne une meilleure compréhension. Le peuple d’Esdras a laissé tomber Dieu.)
 
5.     Lisez Esdras 9.8-9. Quelle autre émotion est impliquée ici ? (La gratitude pour l’amour, l’attention et la bonté de Dieu. Toutes ces émotions viennent ensemble dans la réaction d’Esdras à cette désobéissance. Il ne serait pas juste de dire qu’Esdras a servi Dieu par crainte.)
 
III.  La solution
 
1.     Lisez Esdras 10.1. Nous avons tendance à débattre de ce qui est péché et de ce qui ne l’est pas. Que se passerait-il si nous pleurions en public pour un péché en particulier ? Cela aurait-il une plus forte influence ?
 
2.     Lisez Esdras 10.2-3. Que pensez-vous de la solution de Shekania ? Pourquoi propose-t-il de séparer les familles ? (Notez que le verset 3 dit : « suivant ton avis, mon Seigneur ». Il y a un débat pour savoir si « Seigneur » réfère à Dieu ou à Esdras. Je le comprends comme étant un conseil de la part de Dieu.)
 
3.     Lisez Esdras 10.9-11. Quelle est l’attitude du groupe ? (Les gens sont en détresse. Il fait froid et il pleut. Ils sont anxieux. Tout cela les fait frissonner.)
 
a.      Pouvez-vous imaginer l’émotion à ce moment précis ? Tant Esdras 10.3 qu’Esdras 10.44 indiquent que les enfants sont aussi impliqués. Certains peuvent êtres des enfants venus avec les femmes. Mais d’autres sont clairement des enfants de pères juifs.)
 
i.       Quel genre de décision prendrait votre église sur une question comme celle-là ?
 
4.     Lisez Esdras 10.12 et Esdras 10.15. Bien que la nature de l’opposition soit un peu obscure, il semble qu’il y avait deux opinions sur le renvoi des épouses et des enfants. Quel serait l’argument pour ne pas les renvoyer ? (Les enfants grandiraient dans la connaissance du vrai Dieu et le suivraient. Les épouses pourraient se convertir. Les familles resteraient unies.)
 
5.     Lisez Esdras 10.13-14. Quel est l’argument en faveur du renvoi des femmes et des enfants étrangers ? (L’argument répété plusieurs fois est qu’ils ont péché. Ils ont violé la loi de Dieu. Cela doit être corrigé.)
 
6.     Revenons sur un sujet que nous avons précédemment abordé. Lisez Néhémie 10.29-30. Rappelez-vous que le peuple a conclu un contrat avec Dieu. Le premier terme du contrat était qu’ils ne feraient pas de mariages mixtes. Vous rappelez-vous qu’à ce moment-là j’ai demandé pourquoi c’était le premier terme du contrat ? Pourquoi même l’inclure dans le contrat ? (Cela montre l’importance de la question sous-jacente – garder le peuple de Dieu pur de l’influence des dieux étrangers.)
 
7.     Cet exemple devrait-il s’appliquer aujourd’hui ? Si vous avez épousé quelqu’un qui ne partage pas votre foi, devriez-vous renvoyer votre conjoint ? (Lisez 1 Corinthiens 7.12-14. Paul donne juste le conseil opposé. Il dit aussi que c’est mieux pour les enfants.)
 
8.     Lisez 1 Corinthiens 7.15-16. Notez que Paul suggère que le non-croyant peut être converti.
 
9.     Comment expliquez-vous un conseil si radicalement différent ? Pourquoi Esdras et Paul ne sont-ils pas d’accord ? (Le contexte est très différent. Au temps d’Esdras et de Néhémie, le peuple de Dieu était un petit groupe qui était le « peuple saint » de Dieu pour garder son message pur. Au temps de Paul, l’évangile avait été partagé avec les non-Juifs. En effet, certains des membres de l’église de Corinthe étaient auparavant des non-Juifs (voir 1 Corinthiens 8.7). Épouser un non-croyant était encore une mauvaise idée, mais ce n’était plus une question aussi centrale.)
 
10.     Cher(ère) ami(e), si vous envisagez de vous marier, voulez-vous accepter et suivre le conseil de la Bible et épouser quelqu’un qui partage votre foi ?
 
IV.    La semaine prochaine : Dirigeants en Israël.
 

faire un don