Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 11 – Du milieu de la tempête (Job 38 à 42)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Nous connaissons les arguments, n’est-ce pas ? Les amis de Job soutiennent la règle normale, selon laquelle la désobéissance apporte les problèmes et l’obéissance apporte les bénédictions. Job doit avoir désobéi, du fait qu’il a beaucoup de problèmes. Job conteste en affirmant qu’il est juste et qu’il ne mérite pas toute la souffrance qu’il endure. Une injustice est faite à son encontre et il veut que Dieu lui accorde son attention, afin qu’il puisse discuter des accusations dont il fait l’objet. En tant qu’auditeurs des faits réels, nous pouvons dire que les deux parties sont du côté de la vérité. Les amis ont raison en ce qui concerne les règles normales, et Job a raison en ce qui concerne sa justice. Cette semaine Dieu entre en scène. Ouvrons la Bible et écoutons ce que Dieu a à dire !
 
I.  Les accusations de Dieu
 
1.     Lisez Job 38.1-3. Quelle est la bonne nouvelle dans ce message de Dieu ? (Il semble que, selon sa requête, Job soit sur le point d’être entendu.)
 
a.      Dieu dit que Job « obscurcit » les projets de Dieu par des « propos sans connaissance ». Je pensais que Job avait raison en disant qu’il était juste. Dès lors que Dieu doit avoir raison, de quoi parle Dieu ? (Job ne connaît pas l’ensemble de l’histoire.)
 
b.      De quelle façon Job « obscurcit »-il la conversation ? (La lumière expose, l’obscurité cache. Job pose l’incompréhension sur la table, de telle sorte que son point de vue rend les faits confus (obscurs).)
 
c.      Dieu répond « du milieu de la tempête ». Selon vous, comment se sent Job ? (Rappelez-vous qu’un vent a tué les enfants de Job (Job 1.18-19).)
 
2.     Lisez Job 38.4-7 et Job 39.19-20. Quelle est la réponse aux questions de Dieu ? (Non. Job n’a pas créé la terre, ni aucun des animaux.)
 
a.      Je viens de simplement prendre quelques exemples de questions des chapitres 38 et 39. Le reste des questions de Dieu suit la même ligne. Si vous étiez l’avocat(e) de Job et qu’il s’agissait d’une véritable audience, que diriez-vous ? (Je ferais objection sur la base de la pertinence. L’audition que Job a demandée était pour entendre les charges portées contre lui, afin qu’il puisse y répondre. Ces questions portent sur la compétence de Job dans la vie.)
 
3.     Lisez Job 40.1-2. Si vous étiez l’avocat de Dieu, comment répondriez-vous à l’objection de pertinence ? Que suggère cette question au sujet de la réponse de Dieu ? (La demande de Job d’être entendu est basée sur une fausse supposition. Cette supposition est que Dieu a une obligation légale de répondre à Job. Les questions de Dieu remettent en question cette supposition. Qui est Job pour questionner Dieu ? Dans quelle mesure un humain est-il compétent pour défier le Tout-Puissant ? « Le donneur de leçons va-t-il chercher querelle au Puissant ? »)
 
II.  La réponse de Job à l’interrogatoire de Dieu
 
1.     Lisez Job 40.3-5. Que pensez-vous de la réponse de Job ? Il avait demandé que les accusations portées contre lui soient énoncées. En quoi cela correspond-il à sa position initiale ? (Job a retiré sa demande d’audience. Il se rend compte qu’il n’est pas digne d’exiger des comptes de la part de Dieu.)
 
a.      Est-ce un enseignement pour nous aujourd’hui ? Quand nous sommes tentés de dire que Dieu est injuste, devrions-nous simplement mettre nos mains devant la bouche et rester tranquilles ?
 
i.       Le récit de la Genèse et la chute (le premier péché) montrent que Dieu a donné aux humains le libre choix. Nous pouvons rejeter Dieu. Notre libre choix donné par Dieu est-il cohérent avec l’idée selon laquelle quand Dieu semble nous abandonner nous devrions simplement fermer notre bouche et rester tranquilles ?
 
2.     Lisez Job 40.8. Avez-vous déjà entendu cela auparavant ? (Lisez Job 8.1-3, Job 34.5 et Job 34.12. Si les amis écoutent le contre-interrogatoire de Dieu, ils crient probablement : « Vas-y Dieu ! C’est précisément ce que nous avons dit à Job. »)
 
3.     Lisez Job 40.11-14. J’aimerais me focaliser sur le verset 14. Quand nous péchons, qui offensons-nous ? (Dans Psaumes 51.5-6 David dit : « Envers toi, toi seul, j’ai péché ». Nous pouvons faire du tort aux autres avec nos péchés, mais le péché est contre Dieu seul.)
 
a.      Quand Dieu dit dans Job 40.11-14 qu’il peut écraser les méchants et les orgueilleux, cela a du sens qu’il fasse cela à cause de notre péché contre lui. Quel est l’enseignement de Job 40.14 ? (La justification par la foi. Comme Job, nous ne pouvons pas faire face à Dieu. Notre « main droite » ne peut pas nous sauver. Notre seule espérance est en ce que Jésus a fait pour nous.)
 
4.     Lisez Job 41.11. Que dit Dieu sur l’idée que Dieu a une obligation quelconque envers les humains ?
 
a.      L’argument de Dieu jusqu’ici concerne la puissance et l’autorité. Clairement Dieu les possède. Une telle puissance doit-elle répondre de l’injustice ? La revendication de Job est qu’il souffre d’injustice.)
 
III.  La conclusion de Job
 
1.     Lisez Job 42.1-3. Je suppose que presque tout le monde a répondu à la question précédente par : « Oui, la puissance doit répondre à l’injustice ». Quelle réponse devrait donner Job maintenant ? (De la même manière qu’il est généralement vrai que les bonnes actions apportent des bénédictions et les mauvaises actions des problèmes, il est généralement vrai que la puissance et l’autorité doivent être justes. Cependant, dans cette situation spécifique, Job dit : « Je n’avais pas compris ». Comment pouvons-nous appeler Dieu à rendre compte quand nous ne connaissons pas tous les faits ?)
 
2.     Lisez Job 42.4-6. Quelles causes amènent Job à dire : « Je renonce : je me repens sur la poussière et la cendre » ? (Job rencontre le Dieu de l’univers.)
 
a.      Dieu doit-il répondre à nos standards ? (Non. Dieu dit qu’il a tout créé. Il n’est pas comme une quelconque autorité humaine puissante. Il a littéralement créé et possède toute chose. Il n’a aucune responsabilité envers les humains. Il n’est pas tenu de s’expliquer.)
 
b.      Si vous êtes d’accord sur le fait que Dieu n’est pas tenu de s’expliquer, comment expliquez-vous Job 1 & 2 ? Pourquoi Dieu nous révèle-t-il l’histoire entière ? (Parce que Dieu nous aime. Dès lors qu’il nous aime, il veut que nous soyons satisfaits de ses décisions. Il n’a aucune obligation envers nous, mais par amour il nous donne une explication.)
 
IV.  Les amis
 
1.     Lisez à nouveau Job 42.6. Selon vous, que pensent les amis de Job à ce moment ? (Ils se sentent certainement plutôt défendus par ce que Dieu a dit. Il s’avère qu’ils avaient raison, et que Job doit maintenant se repentir.)
 
2.     Lisez Job 42.7-8. Quel rebondissement ! Qui a raison maintenant ? (Dieu dit que les amis n’ont pas parlé de Dieu « correctement, comme l’a fait Job mon serviteur ». Ainsi, Job est plus proche de la vérité que les amis.)
 
a.      Comment cela peut-il être vrai, dès lors que Job s’est repenti (Job 42.6) ? Pire, au début de notre étude Dieu a dit que Job « obscurcit » ses projets « par des propos sans connaissance » (Job 38.2). Comment expliquez-vous cela ? (Je vois deux éléments. Premièrement, Job est sous contrainte et cela amène les gens à dire des choses qu’ils ne diraient pas autrement. Les amis ne subissent pas la même contrainte et ils ne sont pas très charitables. Deuxièmement, Job a raison en disant qu’il est un homme juste qui ne mérite pas ce qui lui arrive. Alors que les amis parlent de la vérité générale, la règle générale ne s’applique pas toujours. Ils dénaturent Dieu quand ils assument que les difficultés de la vie reflètent invariablement une désobéissance envers Dieu.)
 
3.     Lisez Hébreux 11.35-38. Si vous lisez le contexte de ces versets, vous verrez que certains héros de la foi ont souffert de choses horribles. Dans quelle mesure sont-ils comme Job ? Dans quelle mesure cela devrait-il affecter notre vision de la règle générale ?
 
4.     Lisez à nouveau Job 42.7. À combien d’amis s’adresse Dieu ? (À Éliphaz et à ses deux amis, Bildad et Tsophar.)
 
a.      Combien d’amis discutaient avec Job ? (Lisez Job 2.11 et Job 32.1-4. En plus des trois amis originaux, nous avons passé une étude entière sur l’argumentation emprunte de colère d’Élihou contre Job.)
 
5.     Pourquoi Dieu ne condamne-t-il pas Élihou, ni n’exige de lui qu’il demande à Job de prier pour lui ? (Quand nous avons étudié les déclarations d’Élihou la semaine dernière, nous avons vu que certains d’entre eux étaient identiques à ceux avancés par les trois amis plus âgés. Mais d’autres ne l’étaient pas. Par exemple, dans Job 32.8-9 et Job 32.18-19 Élihou revendique avoir l’Esprit saint parler au-travers de lui. Nous n’avions pas lu auparavant les arguments d’Élihou, mais dans Job 36.22-23 Élihou soutient que les humains ne sont pas en position d’accuser Dieu de mal agir. Si vous parcourez rapidement Job 36.26 à Job 37.24, vous verrez qu’Élihou fait la même affirmation du type « Dieu est Dieu et toi non » que Dieu fait dans le chapitre suivant. Sur les points importants Élihou anticipe ce que Dieu dira, et je pense que c’est la raison pour laquelle il n’est pas condamné.)
 
6.     Cher(ère) ami(e), je pense que l’enseignement pour nous est que nous devons être lents à condamner les autres quand nous faisons une déduction logique plutôt qu’une observation des péchés réels. Élihou nous enseigne qu’une excellente façon de défendre le caractère de Dieu est de focaliser sur sa gloire, plutôt que de focaliser sur la nature pécheresse des humains. Voulez-vous reconsidérer la façon dont vous gérez les péchés apparents dans la vie des autres ?
 
V.    La semaine prochaine : Le rédempteur de Job.
 

faire un don