Étude 02 - Le fruit de l’Esprit est : amour (Deutéronome 6, Matthieu 22, 1 Corinthiens 13)

Copyright © 2010, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Une chanson dit "l’amour est partout". Si cela était vrai ce serait merveilleux, n’est-ce pas ? Imaginez un monde où tout le monde aurait une attitude d’amour envers vous. L’amour est la première priorité dans le Royaume de Dieu. Mais ce que cela signifie et la façon dont nous témoignons de l’amour sont des questions difficiles. Non pas parce que Dieu n’est pas assez clair sur le sujet, mais parce que nos cœurs sont égoïstes. Etudions ensemble la Bible et apprenons-en davantage sur la connexion entre la puissance de l’Esprit saint en nous et l’amour !
 
I.       L’amour pour Dieu
 
1.     Lisez Deutéronome 6:4-6. Aimez-vous Dieu ?
 
a.      S’agit-il de la même chose que l’amour que vous avez pour votre conjoint ? Pour vos enfants ? Pour votre chien ? Pour la crème glacée ?

b.      Notez que le texte dit d’aimer "de tout son cœur" et "de toute son âme" et "de toute sa force". S’agit-il là d’instructions difficiles ? Si tel est le cas, que cela nous dit-il sur la nature de l’amour ? (Ils sont différents. Le commentaire biblique Barnes’ Notes suggère que le "cœur" réfère à notre compréhension, "l’âme" réfère à notre volonté et la "force" réfère à notre énergie.)

i.      Décomposons cela pour mieux comprendre le commandement de Dieu. Selon vous, que signifie aimer Dieu de toute sa compréhension, d’une façon concrète ? (Je sais que Dieu m’a créé et est mort pour moi et j’ai de la gratitude et de l’affection pour lui à cause de ce sacrifice.)
 
(1)    Avez-vous ce genre d’amour pour Dieu ?
 
ii.     Que signifie aimer Dieu de toute son énergie ? (Cela signifie que je dépense plus de temps et d’efforts pour faire avancer le royaume de Dieu.)

(1)    Avez-vous ce genre d’amour pour Dieu ?
 
iii.    Que signifie, concrètement, aimer Dieu de toute sa volonté ? (Cela signifie le désir naturel de mon cœur.)
 
(1)    Avez-vous ce genre d’amour pour Dieu ?
 
(a)  S’agit-il là de la plus difficile des trois questions "avez-vous ce genre d’amour pour Dieu" ? (Oui. Vous pouvez aimer intellectuellement et vous pouvez mettre du temps et de l’effort, mais le désir n’est pas quelque chose que vous pouvez contrôler.)

II.     L’amour pour les humains

1.     Lisez Matthieu 22:37-40. L’amour pour Dieu est comparé à l’amour que nous avons pour notre prochain (Dieu dit : "un second lui est semblable"). Quelles seraient vos réponses aux questions que j’ai précédemment posées si celles-ci s’appliquaient à votre voisin ?
 
a.      Portez-vous un amour intellectuel, physique (dans le sens de consacrer du temps et de l’énergie) et émotionnel (dans le sens d’un désir naturel) envers ceux que vous connaissez ?
 
i.      Maintenant pensez à la personne que vous connaissez qui vous irrite le plus. Comment appliquer ces questions à cette personne ?

2.     Lisez Matthieu 7:12. Si je fais cela, est-ce que je remplis les trois niveaux d’obligation d’amour envers les autres ? (Si tel est le cas, je me sens bien mieux parce que j’étais en difficulté avec la dernière question. Je n’ai pas à aimer quelqu’un pour le traiter avec justice.)

3.     Lisez à nouveau Matthieu 22:39. Ce verset est-il différent de Matthieu 7:12 ?
 
a.      Chacun de ces deux textes emploie la référence : "Qu’est-ce que je ferais pour moi-même ?"
 
III.    Le temps de l’Esprit saint

1.     Mettons-y une application concrète. Chaque semaine j’envoie l’étude de la semaine à une liste d’environ vingt personnes qui acceptent de la traduire dans une autre langue. Je n’en paye aucun d’entre eux, mais je ne suis moi-même pas rémunéré pour faire ces études. Est-ce que je peux dire que j’aime mes traducteurs, par opposition à voler leur temps, parce qu’aucun d’entre nous n’est rémunéré ?

a.      Il est arrivé que certains de mes traducteurs mentionnent qu’ils ont besoin d’un nouvel (ou meilleur) ordinateur. Je viens d’acheter un nouvel ordinateur pour la maison. Je n’ai jamais acheté (ni aidé à acheter) un ordinateur pour un traducteur. Ne s’agit-il pas d’une preuve que je ne les aime pas comme je m’aime moi-même ? Et les traducteurs sont davantage que simplement mes voisins, ils sont des collaborateurs ! (Il serait difficile d’acheter vingt ordinateurs chaque fois que j’en ai besoin d’un neuf.)
 
b.      Prenons Bill Gates comme point de comparaison. Bill Gates aurait-il les moyens de m’acheter un nouvel ordinateur ? Bien sûr, il aurait les moyens de m’acheter une nouvelle voiture, une nouvelle maison ou un avion. Dès lors que je m’aime, mais que je n’attends pas de Bill Gates qu’il m’achète quoi que ce soit dont je pourrais avoir besoin, puis-je maintenant dire que j’aime les autres autant que moi-même lorsque je n’achète pas aux autres des choses dont ils ont besoin ?
 
i.      Est-ce que le fait que je n’attends rien de Bill Gates me tient loin de l’hameçon en ce qui concerne les autres qui attendent quelque chose de moi ?

c.      À partir des textes que nous avons étudiés, nous savons que Dieu attend de nous de l’aimer autant que nous aimons les autres humains. Si l’amour pour Dieu est sensé être égal à notre amour-propre, pourquoi Dieu ne demande-t-il historiquement que dix pour-cent (Malachie 3:8-10) et nous laisse les quatre-vingt-dix pour-cent restants ?

i.      Une répartition égale n’est-elle pas plus représentative d’un amour pour Dieu égal à notre amour-propre ? Si nous insérons nos voisins dans cette équation, cela voudrait-il dire que nous recevons chacun un tiers de mes biens ?
 
2.     Quand je me pose les séries de questions que nous venons de discuter, je réalise que j’ai tant un problème d’attitude au sujet de l’amour qu’une préoccupation de ne pas comprendre exactement ce que Dieu a à l’esprit (même si la règle "comme toi-même" semble plutôt claire). Lisez Galates 5:22-23. Quelle est la thérapie pour soigner nos mauvaises attitudes et compréhensions au sujet de l’amour ? (Avoir l’Esprit saint dans notre vie. L’amour est le premier fruit de l’Esprit.)
 
a.      Si l’amour est une conséquence de l’Esprit saint en nous, cela clarifie-t-il notre problème de ne pas avoir un désir naturel d’amour envers les autres, incluant un problème d’amour naturel pour Dieu ? (Cela nous montre où aller pour obtenir quelque chose que nous ne pouvons obtenir ni par un travail acharné, ni par la détermination.)

3.     Lisez 1 Corinthiens 13:1-3. Jésus et Paul sont-ils d’accord sur l’importance de l’amour ? (Jésus dit que chaque chose s’appuie dessus et Paul dit que toute bonne œuvre et toute puissance spirituelle ne sert à rien sans l’amour.)
 
4.     Lisez 1 Corinthiens 13:4. Considérez chacun de ces traits de caractère et voyez s’ils existent dans votre vie.

a.      Existent-ils quand vous conduisez votre voiture ?

5.     Lisez 1 Corinthiens 13:5. Considérez chacun de ces traits de caractère et voyez s’ils existent dans votre vie. (Si vous êtes comme moi, vous pensez probablement "majoritairement pas" en lisant le verset 4, mais vous vous sentez un peu mieux en lisant le verset 5.)
 
6.     Lisez 1 Corinthiens 13:6-7. Je suis un optimiste et ma famille me taquine au sujet de mon utilisation fréquente de la phrase "je n’espère pas" quand quelqu’un dit quelque chose de négatif. Qu’en est-il de vous ? Êtes-vous encourageant ? (Après avoir admis toutes ces choses négatives à mon sujet, j’ai réussi à mentionner quelque chose de bien !)
 
a.      Qu’en est-il du problème de se "complaire" dans le mal ? Il y a le mal que chacun de nous hait, mais y a-t-il un certain mal que vous aimez ? Un mal qui prend l’avantage sur les autres ? Ou alors, qui fait du tort aux autres ?

7.     Ce n’est pas la semaine de "flagellation de soi-même", mais si vous êtes honnête, depuis le tout début de cette étude sur l’amour nous pouvons voir que lorsque nous utilisons la définition de Dieu de l’amour, nous sommes très en-deçà de la norme d’amour que Dieu a défini pour nous. Nous ne sommes effectivement pas entièrement au clair (ou nous ne voulons pas l’être) sur ce qu’il demande.

a.      L’Esprit saint est-il une voie pour sortir de cela ?
 
b.      Ou alors, cette norme élevée est-elle simplement la motivation pour déclarer : "Je suis sauvé par la grâce seule" ? (Lisez 1 Corinthiens 14:1. Être sauvé par la grâce ne nous dispense pas de l’obligation d’aimer. Paul est le plus fervent avocat de la justification par la foi seule, néanmoins il enseigne à chacun de nous de "poursuivre l’amour".)
 
c.      Que nous suggère l’utilisation du terme "poursuivre" au sujet du travail de l’Esprit saint dans notre vie en ce qui concerne l’amour ? (Cela suggère qu’il s’agit d’un travail progressif. Atteindre l’objectif d’amour que Dieu nous a fixé est un processus qui résulte de la puissance de l’Esprit saint qui produit du "fruit" dans notre vie.)

8.     Cher ami, êtes-vous un peu à court d’amour à donner ? Pourquoi ne pas demander à l’Esprit saint de venir dans votre cœur dès aujourd’hui et de vous donner un esprit qui comprend l’objectif d’amour que Dieu a pour nous, ainsi qu’un cœur qui tend vers cet objectif ?

IV.    La semaine prochaine : Le fruit de l’Esprit est : joie.
  • Au-delà de la loi

    Réflexion approfondie
    et particulièrement
    édifiante sur le
    rapport entre la
    loi et la grâce
    de Dieu.
    Au-delà de la loi... la grâce
  • 10 paroles...

    Réflexion sur la signification
    des 10 paroles écrites
    par Dieu lui-même
    pour notre vie
    quotidienne.
    10 paroles pour vivre
  • La perfection...

    Confessions d'un
    ex-légaliste sur
    la loi, le péché
    et la grâce.
    La perfection à l'imparfait
  • 10 paroles...

    Enquête passionnante sur
    l’écriture des Dix
    Commandements et
    leur lien étonnant
    avec notre
    époque.
    10 paroles pour tous